Echinolampadidae

Gray, 1851, p.37

Genre type : Echinolampas Gray, 1825, p.429

Description succincte de la famille : Système apical tétrabasal ou monobasal. Pétales longs et ouverts. Périprocte marginal à inframarginal. Bourrelets et phyllodes larges bien développés. Présence de pores buccaux.

 

 


Genre Echinolampas s. str.  Gray, 1825, p.429

Espèce type  Echinolampas ovata  (Leske,1778)

Jacobi Theodori Klein Naturalis dispositio Echinodermatum, p.127

(désignation subséquente de POMEL (1883) Classification méthodique et genera des Echinodermes vivants et fossiles, p.62)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène - Actuel

Syn. 

  • Sphelatus Pomel, 1883, p.54 ; espèce type : Caratomus lehoni Cotteau, 1880, p.25  ; synonyme subjectif plus récent.

  • Merolampas Pomel, 1883, p.63 ; espèce type : Echinolampas matseensis Quenstedt, 1875, p.129  ; synonyme subjectif plus récent (de Miolampas, Pomel,1883).

  • Miolampas Pomel, 1883, p.62 ; espèce type : Echinolampas depressus Gray, 1851, p.36  ; synonyme subjectif plus récent (= 5ème section de Lambert).

  • Euechinolampas Pomel, 1887, p.127 ; espèce type : Echinolampas florescens Pomel, 1887  ; synonyme subjectif plus récent.

  • Palaeolampas Pomel, 1887, p.151 (non Bell,1880) ; synonyme subjectif plus récent.

  • Craterolampas Cotteau, 1890, p.186 ; espèce type : Echinolampas raulini Cotteau, 1863  ; synonyme subjectif plus récent.

  • Progonolampas Bittner, 1892, p.27 ; espèce type : Progonolampas novae-hollandiae Bittner, 1892  ; synonyme subjectif plus récent.

  • Aplolampas Lambert, 1906, p.32 ; espèce type : Aplolampas lonigensis Lambert, 1918, p.37.  ; synonyme subjectif plus récent.

  • Cypholampas Lambert, 1906, p.33 ; espèce type : Clypeaster stelliferus Lamarck, 1816  ; synonyme subjectif plus récent (= 6ème section de Lambert).

  • Isolampas Lambert, 1906, p.33 ; espèce type : Echinolampas goujoni Pomel, 1888, p.129  ; synonyme subjectif plus récent (= 3ème section de Lambert).

  • Macrolampas Lambert, 1906, p.33 ; espèce type : Clypeaster hemisphericus Lamarck, 1816 ; synonyme subjectif plus récent (= 2ème section de Lambert).

  • Psammolampas Lambert, 1913, p.136 ; espèce type : Echinolampas scutiformis Desmoulins, 1837  ; synonyme subjectif plus récent (= 4ème section de Lambert).

  • Cylindrolampas Lambert, 1918, p.38 ; espèce type : Echinolampas subcylindricus Desor, 1852  ; synonyme subjectif plus récent (de Craterolampas).

  • Oeidolampas Lambert, 1918, p.44 ; espèce type : Echinolampas ataxensis Cotteau, 1889 ; synonyme subjectif plus récent (de Miolampas, Pomel,1883).

  • Politolampas Lambert, 1918, p.45 ; espèce type : Clypeaster politus Lamarck, 1816 ; synonyme subjectif plus récent.

  • Planilampas Mortensen, 1948, p.297 ; espèce type : Echinolampas sternopetala Agassiz & Clarck, 1907  ; synonyme subjectif plus récent (de Miolampas, Pomel,1883).

 
 
diagnose originale du genre par Gray
An attempt to divide sea eggs, 1825, p.429
 
     Echinolampas, nob. Echinanthus ? Van Phel. Echinanthus, Leske. Clypeaster, Lam. Scutum ovatum, Klein.

     Body ovate, convex ; base ovate, flattened, extended posteriorly ; ambulacra ten, placed in pairs, rather distant, near the vertex, interrupted at the edge, and close together near the mouth ; mouth subcentral ; anus marginal.

     *E. Koenigii, nob. Echinoneus lampus, De la Beche, Trans. Geol. Soc. i. t. 3, f. 3, 4, 5. **E. oviformis, nob. Echinus, Gmelin. Clypeaster oviformis, Lam. Klein, t. 20, f. c d. E. orientalis, nob. Seba, iii. t. 10, f. 23, 24.

 
 

Echinolampas (Echinolampas) aldrichi Twitchell, 1915

 
 
diagnose originale du genre par Twitchell
The Mesozoic and Cenozoic Echinodermata of the United States, p.173

Echinolampas aldrichi Twitchell, s. sp.

Plate LXXXI, figures 1a-d, 2.

     Determinative characters. - Test large, subcircular ; margin rounded ; upper surface depressed subconcical, sloping mor steeply anteriorly than posteriorly ; under surface concave, posterior end slightly rostrate ; apex forward of the center. Ambulacral areas rather narrow, dorsal portions petaloid ; petals long, open at the ends, poriferous zones of some petals unequal in length, interporiferous areas tumid. Apical system excentric anteriorly. Peristome large, excentric anteriorly, slightly less so than apical system, pentagonal, transfersely elongate, surrounded by a floscelle with feeble phyllodes and bourrelets. Periproct large, elliptical, transverse, inframarginal.

     Dimensions. - Speciman A (type, smaller than the average) : Length 56 millimeters ; width 54 millimeter ; height 26 millimeters. Largest specimen : length 80 millimeters ; width 75 millimeters ; height 37 millimeters.

     Description. - Or this fine Echinolampas the only specimens so far reported belong to T. H. Aldrich, of Birmingham, Ala., in whose honor the species is named1. The test is large (ranging from 2 to 3 inches in diameter) and about half as high as broad. The marginal outline is broadly oval to subcircular ; sometimes, especially in the larger and older forms, slightly broader posteriorly than anteriorly and broadly V-shaped at the posterior end ; margin tumid and rounded. The upper surface is depressed subconical, though at times approaching a depressed subhemispherical contour, sloping more steeply anteriorly and on the sides than posteriorly ; under suface concave, though slightly tumid around the margin except along the posterior ambulacral areas where there are broad and very shallow depressions which give the posterior end of the test a slightly rostrate appearance. The ape is forward of the center, about two-fifths of the length of the test from the anterior end, coincident with the apical system.

     The ambulacral areas are rather narrow, dorsal portions petaloid ; petals long, rather narrow, open at ther extremities, the posterio pair slightly longer than the anterior pai which are slightly longer than the odd petal ; interporiferous areas tumid. The poriferous zones are rather narrow, slightly depressed, the inner zone of each of the posterior petals and the anterior zone of each of the anterio paired petals being slightly straighter and shorter than its fellow, the differences being the more pronounced in the anterior pair ; outer pores slitlike, inner pores round, pairs of pores conjugate.

     The whole surface of the test is closely set with very small, uniform tubercles in sunken scrobicules.

     The apical system is excentric anteriorly. There are four perforated basal plates, the anterior pair of genital pores being nearer together than the posterior, and five small perforated radial plates. The madreporite is large, occupying the large part of the system, and extending back between the posterior radial plates.

 

     The peristome is rather large, excentric anteriorly, slightly less so than the apical system, pentagonal, transversely elongate, at the deepest portion of the concave under surface, and surrounded by a floscelle with feeble, straight phyllodes and low, broad, tumid bourrelets.

     The periproct is rather large, elliptical, the posterior side slightly less convex than the anterior, transverse, inframarginal, very close to the posterior margin.

    Related forms. - Echinolampas aldrichi is quite unlike Echinolampas appendiculatus, the only other representative of the genus found in the Cenozoic deposits of the United States. Of foreign forms it is very similar to Echinolampas affinis (Goldfuss) Agassiz, which occurs in the Eocene of Belgium and France, but it is to be distinguished by its more anteriorly excentric apex and the somewhat unequally excentric positions of its apical system and peristome. It also resembles Echinolampas insignis Duncan and Sladen from the Nummulitic series of the Tertiary of India, from which, however, it differs in being smaller, less elevated having its apex more excentric anteriorly.

     Localities. - Gainestown, and Choctaw Bluff, Alabama River, Alabama ; Mississipi (exact locality unknown).

     Geologic horizon. - St. Stephens limestone, Alabama ; Vicksburg limestone, Mississippi ; lower Oligocene.

     Collection. - Johns Hopkins University (T 1099, A)

 

1 The Alcrich collection is now owned by the Johns Hopkins University.

Planche LXXXI, extrait

   
 
 

Echinolampas aldrichi Twitchell,1915, Oligocene superieur, Chickasa Whay lmst, St Stephens, Alabama, USA, 74mm

 
 
 
 

Echinolampas aldrichi Twitchell,1915, Oligocene superieur, Chickasa Whay lmst, St Stephens, Alabama, USA, 56 mm

 
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) ampla Fuchs in Zittel, 1883

 
 

description de l'espèce par Fourteau

Révision des échinides fossiles de l'Egypte, 1899, p.711

 

     Echinolampas amplus Fuchs, 1882.

Syn. : Echinolampas amplus Fuchs, op. cit., p. 27, pl. IX, fig. 5-8.

                  "                "         Fuchs, op. cit., p. 45.

     Espèce presque circulaire, peu élevée (26 millimètres pour 95 de longueur), convexe à la partie supérieure, plate en-dessous avec bord arrondi et légèrement pulviné. Appareil apical presque central, un peu en avant. Pétales longs s'étendant jusqu'au bord, assez larges, inégaux, l'impair plus court que les autres, les postérieurs pairs plus longs que les antérieurs. Zones porifères assez larges, presque égales en longueur dans l'ambulacre impair, la branche antérieure plus droite et plus courte que l'autre de cinq à six paires de pores dans tous les pétales pairs.

     Péristome pentagonal, plus large que long, montrant les bourrelets et le floscelle ordinaires au genre ; périprocte transverse situé près du bord à la partie inférieure.

 

     L'exemplaire dont nous venons de résumer la description provient de l'Oasis de Syouah ; nous ne le connaissons que par ce qu'en dit M. Fuchs ; cet auteur rapporte au même type, à titre de variété de plus grand taille, d'autres individus qu'il a recueillis au Gebel Geneffé. Nous avons sous les yeux plusieurs exemplaires de cette variété qui atteint jusqu'à 120 millimètres de longueur et 37 de hauteur ; nous croyons aussi que c'est le même type ; nous n'y voyons guère d'autre différence que celle de la taille.

     Niveau : Helvétien II, Grès à Ostrea vestita.

     Localités : Syouah Gebel Ndefer, très abondant au Gebel Geneffé et au Gebel Aouebet. - Nous possédons un individu appartenant à la variété de grande taille, recueilli en Algérie dans le miocène du Sud-Est de Batna.

 

 
 

Echinolampas (Echinolampas) ampla Fuchs in Zittel, 1883  - Miocène inférieur, désert de Syrte, Libye, 97 mm

 

 

 

 

Echinolampas (Echinolampas) ampla Fuchs in Zittel, 1883  - Miocène inférieur, désert de Syrte, Libye, 94 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) appendiculata (Emmons, 1858)

 
 

description de l'espèce par Clark & Twitchell

Mesozoic and Cenozoic Echinodermata of the United States, 1915, p.149

 

Echinolampas appendiculatus Emmons

Plate LXVIII, figures 2a-h

Echinolampas appendiculatus Emmons, 1858, Agriculture Eastern Counties : North Carolina Geol. Survey Rept., p. 307, figs. 240, 241.

Echinolampas appendiculatus Stefanini, 1911, Soc. geol. italiana Boll., vol. 30, p. 697.

     Determinative characters. - Test suboval to subovate in marginal outline, broad and rounded anteriorly, narrowing in nearly straight lines to the pointed, obliquely truncated posterior end ; sides and anterior end rounded and inflated. The upper surface convex, depressed, and usually rather flat on top, with a tumid, rounded ridge over the periproct ; under surface very tumid for a wide area around the margin, slightly concave near the peristome. Apex central of subcentral. Ambulacral areas narrow, dorsal portions petaloid ; petals narrow, some with poriferous zones uneual in length. Apical system excentric anteriorly. Peristome large, elliptical, transverse, excentric anteriorly, with an inconspicuous floscelle. Periproct large, subelliptical, inframarginal, beneath the protruding posterior ridge.

     Dimensions. - The figured form, which is about average size, gave length 33 millimeters ; width 28 millimeters ; height 17 millimeters. The largest specimen gave length 48 millimeters ; width 42 millimeters ; height 23 millimeters.

     Description. - This species was described and figured by Emmons in 1858. It attears to be limited to North Carolina, where it is often found in association with Cassidulus carolinenis. In actual number of specimens it is the most abundant of the Cenozoic Cassiduloidea occuring in the United States, the writer having had more than 300 specimens available for study. The writer has also had the privilege of studying Emmons's type, which is in the collection of Williams College ; and as a result has determined that in applying the name "appendiculatus" to the species based utpon the "subcordate sculptured plate with a pentagonal opening, in the center of which there is a pore" which was said to occupy the apical disk, Emmons made a curious mistake. His type does show a plate of some such character as he described but it is evidently foreign to the test, probably a fragment of some other fossil - possibly the plaste of some cidaroid form - which has by accident become cemented to the test in the neighborhood of the apical system. Emmons's type is the only one of the 300 specimens examined by the writer which possesses any such plate. Furthermore, it is difficult to conceive of any possible function for such an appendix toan echinoid test. This species is somewhat variable in minor details, bu its broad characteristics are quite uniform and easily distinguished. The test is thin walled, depresses-ovoid in general form ; marginal outline suboval to subovate, rounded anteriorly, broadening back of the middle, then rapidly narrowing in almost straight, converging lines to the rather pointed, somewhat rostrate posterior end ; margin very round and highly inflated, less so along the narrowing part on both sides of the posterior end, and downwardly and anteriorly truncated at the posterior end. The upper surface is usually rather low, regularly convex, depressed, rather flat on top and in the form of a tumid rounded ridge over the periproct ; though occasional specimens are moderately elevated, and somewhat ridged along the whole longitudinal median area ; under surface very tumid for a wide area around the margin, slightly concave near the peristome. The apex is central or subcentral.

     The ambulacral areas are narrow, dorsal portions petaloid ; petals narrow, rather long, varying somewhat in details on the same specimen and from specimen to specimen, the posterior pair usually slightly longer than the anterior three, which are nearly equal in length, partly open at their extremities. The poriferous zones are

 

narrow, flush, the inner zones of the posterior petals slightly shorter than the outer zones, and in a less degree the anterior zones of the anterior paired petals shorter than the posterior zones ; outer row of pores oval, inner row round ; pairs of pores conjugate, the ridges between the pairs of pores prominent and ornamented with a row of granules.

     The surface of the test is highly ornamented. There are numerous small tubercles in wide, deep scrobicules. On the under surface the scrobicules are more numerous, different in size and shape and closer together ; on the upper surface they are more scattered and in granulated rings between which the surface is dotted with numerous small pits.

     The apical system is excentric anteriorly and consists of four perforated basal plates, the anterior genital pores being closer together than the posterior, five small perforated radial plates, and a large, central, granulated, faintly tumid madreporite.

     The peristome is rather large, regularly elliptical, transverse, excentric angeriorly, though sligltly less so than the apical system, surrounded by an inconspicuous floscelle with straight feeble phyllodes and faintly devined, slightly tumid bourrelets.

     The periproct is rather large, irregularly elliptical, the upper edge being less convex than the lower edge and constitutiong the extreme protruding posterior end of the test, inframarginal, beneath theoverhaging rounded rige of the posterio upper surface and level with the downwardly oblique truncation of the posterior margin.

     Related forms. - Echinolampas appendiculatus is not closely allied to any other American species. It is easily distinguished from E. aldrichi, the only other representative of the genus yet reported form the United States. It resembles rather closely Echinolapas francci Desor from the Eocene of France but differs in being relatively broader and in having a more regularly elliptcal peristme.

     Localities. - Newbern, (Emmons), Rocky Point (Figured form), Smith Creek, and Wilmington, N. C.

     Geologic horizon. - Castle Hayne limestone, upper Eocene or Oligocene.

     Collections. - Williams College ; U.S. National Museum (138017) ; Johns Hopkins University.

 

Plate LXVIII

   

 

 

diagnose originale de l'espèce par Emmons

Report of the North Carolina geologica survey together with descriptions of the fossils of the marl beds, 1858, p.307

 

Echinolampas appendiculatus. - n. S.

(Fig. 240-'1.)

     Test thin ; body oval, depressed ; margin thick or rounded ; somewhat elongated, wider anteriorly than posteriorly ; ambulacra narrow, open at their extremities ; sub-petaloid ; pores connected by forrows ; mouth transverse ; excretory orifice horizontal, marginal ; madriporiform plate excentric ; apical disk occupied by a sub-cordate sculptured plate, furnished with a pentangula opening, in the centre of wihich there is a pore ; areolae more numerous below than above ; area around the mouth inflected.

 

 

Fig. 240-'1

   

 

 
 

Echinolampas (Echinolampas) appendiculata (Emmons, 1858)  - Eocène moyen, Castle Haynes formation, Wilmington, Caroline du Nord, 40 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) appendiculata (Emmons,1858), Eocene moyen, Castle Hayne fm, Caroline du Nord, 44mm

 
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) appendiculata (Emmons,1858), Eocene moyen, Castle Hayne fm, Caroline du Nord, 36mm

 
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) archiaci Cotteau, 1883

 
 

description de l'espèce par Cotteau

Paléontologie française, terrains éocènes, tome 2, p.39

 

N° 175. - Echinolampas Archiaci, Cotteau, 1883

Pl. 211 et 212

   

     espèce de moyenne et forte taille, subcirculaire, ovale, arrondie en avant, plus étroite et légèrement rétrécie en arrière. Face supérieure épaisse, renflée, uniformément bombée, ayant sa plus grande hauteur au point qui correspond au sommet apical. Face inférieure arrondie sur les bords, presque plane, à peine déprimée autour du péristome. Sommet ambulacraire excentrique en avant. Aires ambulacraires larges, pétaloïdes, presqu'à fleur de test, se rétrécissant un peu à leur extrémité qui n'en reste pas moins très ouverte, inégales, l'aire ambulacraire impaire plus droite et un peu plus étroite que les autres. Les aires ambulacraires paires antérieures, légèrement recourbées, sont moins longues que les aires postérieures qui, presque droites, descendent plus bas vers l'ambitus. Zones porifères à peine déprimées, très étroites, formées de pores presque semblables, les internes un peu moins ouverts que les autres, unis par un sillon obliquement transverse. Les zones porifères de l'aire ambulacraire impaire ont à peu près la même étendue ; il n'en est pas de même des zones porifères des aires ambulacraires paires : elles sont très inégales, surtout dans les aires ambulacraires antérieures paires, chez lesquelles, dans certains exemplaires, la zone placée en avant est plus courte que l'autre de quatorze paires de pores au moins ; dans les aires ambulacraires postérieures la différence est moins sensible, et la zone porifère placée en avant est de neuf ou dix paires plus longue que l'autre. Zone interporifère large, effilée, quelquefois un peu bombée, le plus souvent à fleur de test, comprenant, dans se plus grande largeur, un espace qui est à peu près le triple de l'une des zones porifères. Tubercules petits, serré, scrobiculés, paraissant partout très abondants, un peu pus gros et plus espacés aux approches du péristome, laissant, à la face inférieure, sur l'aire interambulacraire impaire, les traces d'une bande longitudinale dépourvue de tubercules. Granulation intermédiaire fine et homogène. Péristome excentrique en avant, assez étendu, transverse, pentagonal, granuleux sur les bords ; floscelle peu apparent ; les phyllodes, très porifères, sont presques droits. Périprocte subtriangulaire, infra-marginal. Appareil apical relativement peu développé ; plaque madréporiforme de médiocre largeur, irrégulière, occupant le centre de l'appareil ; quatre pores génitaux très ouverts, placés sur les bords, mai en dehors de la plaque madréporiforme, les deux pores antérieurs beaucoup plus rapprochés que les deux autres ; cinq petites plaques ocellaires subtriangulaires et bien distinctes.

     Cette espèce, assez abondante dans les calcaires de Saint-Palais, varie dans se forme générale et dans quelques-uns de ses caractères. Le type est remarquable par sa forme subcirculaire, un peu allongée, régulièrement bombée, arrondie en avant et un peu acuminée en arrière. Certains exemplaires sont plus déprimés en dessus, plus sensiblement rostrés en arrière. Les aires ambulacraires varient aussi dans leur aspect ; elles sont plus ou moins larges, plus ou moins bombées, quelquefois même tout à fait superficielles.

     Individu de grande taille : hauteur, 40 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 65 millimètres ; diamètre transversal, 56 millimètres.

     Individu de taille moyenne : hauteur 27 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 47 millimètres ; diamètre trasversal, 42 millimètres.

 

     Individu de petite taille et de forme globuleuse : hauteur, 25 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 38 millimètres ; diamètre transversal, 32 millimètres.

     Rapports et différences. - l'E. Archiaci, en y réunissant les nombreuses variétés que nous avons sous les yeux, sera toujours reconnaissable à sa forme régulièrement bombée, arrondie en avant, un peu rétrécie en arrière, à son appareil apical excentrique en avant, à ses zones porifères étroites, formées de pores presque semblables, très inégales dans ses aires ambulacaires paires ; à ses aires ambulacraires postérieures sensiblement plus longues que les autres ; à ses zones interporifères très légèrmenet renflées, presque superficielles ; à son péristome à peine déprimé ; à son périprocte subtriangulaire ; à son appareil apical muni de quatre pores génitaux très ouverts, les deux antérieurs beaucoup plus rapprochés que les autres. D'Archiac a considéré cette espèce comme une variété de l'E. subsimilis, de Biarritz ; elle nous a paru s'en éloigner par sa face supérieure plus régulièrement renflée, par ses zones porifères plus étroites et formées de pores plus égaux, par ses zones interporifères plus bombées, par sa face inférieure bien moins concave, par son péristome s'ouvrant presqu'à fleur de test, par son périprocte moins large. L'exemplaire qui a servi de type à notre description est d'une taille beaucoup plus forte que celui qui a été décrit et figuré par d'Archiac ; la face supérieure est aussi plus haute et plus régulièrement bombée. Malgré ces différences, il nous paraît appartenir à la même espèce. Quelques-uns de ces caractères rapprochent ce gros exemplaire de l'E. politus, mais il en diffère par sa forme plus globuleuse, moins allongée, par son sommet apical plus excentrique en avant, par ses zones interporifères légèrement renflées.

     Localités. - Saint-Palais (Charente-Inférieure) ;  Cordouan, la Roque-de-Tau près Bourg (Gironde). Assez commun. Eocène moyen.

     Collection de M. Hébert, Ecole des mines de Paris (M. Delaire) ; Faculté des sciences de Nancy (collection Delbos). Collections Raulin, Daleau, Boreau, Faculté des sciences de Bordeaux (Coll. Croizier), collection Cotteau.

     Explication des figures. - Pl. 211, fig. 1, E. Archiaci,  individu de grande taille (type de l'espèce), de ma collection, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, appareil apical et portion de l'aire ambulacraire antérieure, grossis ; fig. 4, exemplaire à aires ambulacraires plus grêles, de la collection de M. Boreau, vu sur la face supérieure.

- Pl. 212, fig. 1, E. Archiaci, exemplaire de taille moyenne et peu élevée, de la collection de M. Boreau, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4, variété renflée, de la collection de M. Raulin, vue de côté ; fig. 5, face supérieure ; fig. 6, face inférieure, fig. 7, région péristomale, grossie.

 

Extrait planches 211 et 212

   

 

 
 

Echinolampas (Echinolampas) archiaci Cotteau, 1883 - Lutétien, Gironde, France, 46 mm

 
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) burdigalensis Agassiz, 1840

 
 

diagnose originale de l'espèce par Agassiz

Catalogus systematicus ectyporum echinodermatum, tableau p.5

 
nomina synonyma. numeri. strata. loca.
burdigalensis Ag. Clyp. affinis Gldf.

{

49.  -  50.  -  P. Terr. tert. Bordeaux.
36.  -  Q.  38.
 
  Echinolampas (Echinolampas) burdigalensis Agassiz, 1840 - Lutétien, Médoc, France, 61 mm  
 
 

Echinolampas (Echinolampas) calvimontana (Klein, 1734)

 
 

description de l'espèce par Cotteau

Paléontologie française, terrains éocènes, tome 2, p.10

 

N° 169. - Echinolampas calvimontanus (Klein), de Loriol, 1875.

Pl. 202 et 203

   

     Espèce de taille moyenne, allongée, arrondie en avant, étroite et subrostrée en arrière. Face supérieure haute, renflée surtout dans la région antérieure, ayant sa plus grande épaisseur au point qui correspond au sommet ambulacraire, obliquement déclive dans l'aire interambulacraire postérieure. Face inférieure pulvinée, renflée sur les bords, subconcave au milieu. Sommet ambulacraire très excentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, bien développées, effilées, mais ouvertes à l'extrémité, inégales ; l'aire antérieure droite, très largement ouverte, les aires paires antérieures divergentes, un peu arrondies, sensiblement plus courtes que les aires postéreiures. Zones porifères déprimées, formées de pores inégaux, les internes arrondis, les pores externes allongés, unis par un sillon, disposés par paires obliques que sépare une petite bande finement granuleuse. Dans l'aire impaire antérieure, les zones porifères sont à peu près égales en étendue ; dans les aires ambulacraires paires antérieures, la zone porifère placée en avant est sensiblement plus courte que l'autre ; dans les aires ambulacraires paires postérieures, c'est le contraire qui a lieu, et la zone placée en arrière est un peu moins longue. Chez l'exemplaire que nous décrivons et qui nous sert de type, chacune des zones porifères de l'aire ambulacraire impaire compte quarante-cinq ou quarante-sic paires de pores. Dans les aires ambulacraires paires antérieures, la zone porifère la plus courte se compose de trente-cinq ou trente-six, tandis que la zone la plus longue en contient quarante-cinq ou quarante-six. Les zones porifères des aires ambulacraires postérieures sont plus longues : la plus courte comprend quarante-six ou quarante-sept paires de pores et la plus étendue cinquante-deux ou cinquante-trois. Aux approches du sommet, les pores deviennent très petits, presque simples ; ils sont aussi très petits, lorsque l'aire ambulacraire cesse d'être pétaloïde, et disposés alors par paires espacées qu'on distingue à peine au milieu des tubercules. Les pores se rapprochent, s'accentuent et se multiplient autour du péristome. Zone interporifère bombée, subcostulée, recouvrant un espace double au moins de celui qui est occupé par chacune des zones porifères. Tubercules abondants, homogènes, épars sur toute la surface du test, perforés, scrobiculés, ne paraissant pas crénelés, très serrés et très petits vers l'ambitus et dans la région inframarginale, plus développés et plus espacés aux approches du péristome, laissant libre, entre le péristome et le bord postérieur, une bande plus ou moins étendue, couverte de petits granules atténués. Granulation intermédiaire fine, abondante, homogène. Péristome excentrique en avant, pentagonal, granuleux sur les bords, entouré d'un floscelle assez prononcé. Périprocte inframarginal, transverse, à fleur de test. Appareil apical saillant, muni de quatre pores génitaux ouverts sur les bords de la plaque madréporiforme qui est très grande et occupe le centre de l'appareil ; cinq petites plaques ocellaires distinctes.

     Cette espèce, abondamment répandue dans le basin parisien, offre plusieurs variétés : le type est allongé, subconique en dessus et sensiblement rostré en arrière, mais chez quelques exemplaires, le rostre postérieur s'atténue, et la forme général est plus sensiblement ovale. La face supérieure n'est pas toujours aussi élevée ; souvent elle se déprime un peu et devient plus uniformément bombée, mais les caractères essentiels persistent, et il est évident que ces diverses formes se rattachent au même type.

     Certains auteur ont rapporté à l'E. affinis quelques exemplaires qu'on rencontre à Biarritz, dans les roches de la Goureppe ; ils nous paraissent différer de l'E. affinis, par leur forme moins rostrée en arrière, par leur sommet ambulacraire plus excentrique en avant, par leurs aires ambulacraires paires antérieures plus arrondies, plus flexueuses et formées de zones porifères plus inégales, par leurs aires ambulacraires paires postérieures plus flexueuses, par leur périprocte plus développé, plus transverse. Ces exemplaires qu'on trouve à un niveau plus élevé, dans l'éocène supérieur, devront former une espèce particulière.

     Hauteur, 25 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 45 millimètres ; diamètre transversal, 39 millimètres.

     Individu plus jeune et plus ovale : hauteur, 18 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 39 millimètres ; diamètre transversal, 35 millimètres.

 

     Individu conique : hauteur, 25 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 41 millimètres ; diamètre transversal, 37 millimètres.

     Rapports et différences. - Cette espèce, telle qu'elle est circonscrite, est spéciale au bassin parisien. Malgré son aspect très variable, elle sera toujours facilement reconnaissable à sa taille moyenne, à sa forme allongée, arrondie en avant, subrostrée en arrière ; à sa face supérieure élevée ; à sa face inférieure pulvinée et concave au milieu ; à son sommet très excentrique en avant ; à ses aires ambulacraires médiocrement développées et subcostulées ; à ses zones porifères paires inégales ; à son péristome rapproché du centre, pentagonal, muni d'un floscelle bien prononcé ; à son périprocte transverse, à fleur de test, placé très près du bord.

     Histoire. - Cette espèce, en 1754 et 1778, a été figurée par Klein et Leske. Bien que les figures soient assez mauvaises, l'espèce est très reconnaissable, et le nom de chaumontianum, que lui a donné Klein, indique que l'échantillon type provenait du basin parisien. Ce qui n'a pas empêché qu'on ne réunît plus tard l'espèce, bien à tort, au Clypeaster (Echinolampas) affinis, espèce tout à fait différente, provenant du terrain tertiaire du nord de la France et de la Belgique, figurée par Goldfuss, en 1826. Pendant longtemps, les auteurs ont confondu ces deux espèces, cependant si distinctes, et ce n'est qu'en 1869, que Des Moulins indique les différences très prononcées qui existent entre l'espèce du bassin de Paris et le Clypeaster (Echinolampas) affinis, de Goldfuss. Oubliant que l'espèce parisienne avait été, dans l'origine, désignée sous le nom de chaumontianum (calvimontanum), M. Des Moulins propose de lui donner le nom de Matheroni, auquel M. de Loriol, en 1875, a substitué celui de calvimontanum, qu'elle doit conserver par droit d'antériorité.

     L'E. similis, tel qu'il est admis par Desor dans le Synopsis, comprend deux espèces. L'une, recueillie à Grignon, n'est qu'une variété de l'E. calvimontanus, et c'est à ce titre que nous l'avons mentionnée parmi les synonymes de cette dernière espèce. La seconde espèce, à laquelle nous consacrons exclusivement le nom de similis, a été rencontrée dans les calcaires inférieure de Blaye, où elle est commune ; nous en donnons plus loin la description et les figures.

     Localités. - Issy, Vanves, Gentilly, la Glacière près Paris (Seine) ; Meudon, Saint-Gervais près Magny, Fontenay, Valmondois, Grignon (Seine-et-Oise) ; Damery, Montmirail, Courtagnon (Marne) ; Chaumont, Maurieaumont, Cuise-la-Motte au sommet du mont, Hénonville (Oise) ; Château-Thierry, Laon (Aisne). Assez commun. Eocène moyen (calcaire grossier).

     Ecole des mines de Paris, colleciton de la Sorbonne, Muséum de Paris (coll. paléontologique), Institut catholique, coll. Hébert, Gauthier, Peron, Lambert, Cotteau.

     Explication des figures. - Pl. 202, fig. 1, E. calvimontanus, de Grignon, de ma collection, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4, face postérieure ; fig. 5, portion de la face supérieure, grossie ; fig. 6, portion de la face inférieure, grossie ; fig. 7, pores ambulacraires fortement grossis. - Pl.  203, fig. 1, autre exemplaire, de forme déprimée, de Gentilly, de la collection de la Sorbonne, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, autre exemplaire, variété à aires ambulacraires étroites et costulées, de Grignon, de ma collection, vu de côté ; fig. 4, face supérieure ; fig. 5, autre exemplaire, de forme conique, de Grignon, de ma collection, vu de côté ; fig. 6, face supérieure ; fig. 7, face inférieure.

Extrait planches 202 et 203

   

 

  Echinolampas (Echinolampas) calvimontana (Klein, 1734) - Lutétien, Aisne, France, 42 mm  
 

Echinolampas (Echinolampas) calvimontana (Klein, 1734) - Lutétien, Damery, France, 37 mm

 
 

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) cherichirensis Gauthier in Fourteau, 1899

 
 

diagnose originale de l'espèce par Gauthier (in Fourteau)

Révision des échinides fossiles de l'Egypte, 1899, p.659 ET 732 (errata de l'auteur signalant une erreur et le nom du taxon)

 

     Echinolampas PerrierI de Loriol, 1880.

Syn. : Echinolampas Perrieri P. de Loriol, Monographie, etc., p. 39, pl. v, fig. 2, 1880

                  "                "       P. de Loriol, Eocäne Echinoideen, etc., p. 25, pl. vii, fig. 2-3, 1881.

                   "                "       Thomas et Gauthier, Description des Echinides recueillis dans la région des hauts plateaux en Tunisie, p. 95, 1889.

                    "                 "       Cotteau, Paléontologie française, Eocène, t. II, p. 126, 1890.

     Espèce d'assez grande taille, beaucoup moins haute que les précédentes, pourtour très régulièrement ovale, face supérieure très déprimée et univormément convexe. Ambulacres costulés, apex au 45/100 de la longueur. Péristome relativement petit, excentrique en avant, pentagone, très peu enfoncé, entouré d'un floscelle apparent. Périprocte inframarginal placé très près du bord.

 

     Niveaux et localités : Suessonien supérieur. Environs de Thèbes (M. Husson). - Lutétien I, Beni-Hassan (Zittel), Ouady Hof près Hélouan (M. Cramer), Mokattam. Plateau des Pyramides de  Ghizeh (R. Fourtau). - Bartonien (?) à l'Est de l'Oasis de Syouah entre Aïn Tagebirt et Rharten, couches à Num. Fichteli (Zittel).

     Collections : Musées de Zurich et de Turin. P. de Loriol, Fourtau.

P.732 :

Echinolampas Perrieri de Loriol.

     C'est par erreur que j'ai rapporté à cette espèce les exemplaires de Tunisie ; un examen attentif du type égyptien m'a convaincu que les individus recueillis par M. Thomas diffèrent spécifiquement ; ils devront dès lors prendre le nom d'Echinolampas cherichirensis Gauthier (V.G.)

 
  Echinolampas (Echinolampas) cherichirensis Gauthier in Fourteau, 1899 - Oligocène inférieur, France, 63 mm  
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) curtus Agassiz,1847

 
 

diagnose originale de l'espèce par Agassiz (in Ag. & Desor,1847)

Catalogue raisonné des échinides vivans et fossiles, p.164 (2)

 
curtus Agass. - 45. 46. - Echinolampas stelliferus Agass. Cat. syst. p. 5. - Echinolampas eurypygus agass. Cat. syst. p. 5. - espèce très courte, plate et haute, à larges ambulacres.

     Tert. de Vérone. - Mus. Berne.

 
  Echinolampas (Echinolampas) curtus Agassiz,1847 - Lutétien, Tavertet, Barcelone, Espagne, 45 mm  
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) deshayesi Desor,1847

 
 
  Echinolampas (Echinolampas) deshayesi Desor,1847 - Pliocène inférieur, Almeria, Espagne, 63 mm  
 
 
  Echinolampas (Echinolampas) deshayesi Desor,1847 - Pliocène inférieur, Almeria, Espagne, 62 mm  
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) ellipsoidalis d'Archiac, 1846

 
 

diagnose originale de l'espèce par d'Archiac

Description des fossiles recueillis par Mr Thorent dans le couches à nummulines des environs de Bayonne,n 1846, p.203

 

1. Echinolampas ellipsoidalis, Nov. sp., pl. VI, fig. 3 a, b.

     Corps sub-ellipsoïdal très allongé, un peu élargi vers le tiers postérieur, et rétréci au-delà vers l'anus. La courbure supérieure du test s'abaisse doucement en arrière, tandis qu'en avant elle rentre brusquement en dessous, de manière à faire surplomber ce côté par rapport au plan de la base, qui est concave vers le centre. Côté arrondis. Sommet organique placé vers le tiers antérieur, et présentant quatre pores génitaux. Cinq ambulacres rayonnants, sub-pétaloïdes, étroits, allongés, inégaux, fermés au sommet, ouverts inférieurement. Chaque ambulacre formé de deux rangées doubles de pores réunis deux à deux par une strie transverse. Ambulacre impair, se terminant à la moitié de la distance du sommet au plan de base. Ambulacres supérieurs formés de deux rangées inégales de doubles pores, la rangée supérieure étant d'un tiers plus courte que l'autre. Ambulacres postérieurs plus longs que les antérieurs, et formés aussi de deux rangées inégales, la rangée intérieure ou dorsale étant d'un quart plus courte que l'extérieure. Bouche enfoncée, elliptique, transverse, centrale par rapport au grand axe, mais seulement subcentrale relativement au plan de la base qui est reporté d'avant en arrière. Anus grand, ovale, transverse, placé dans le bord inférieur. Surface tu test couverte de petits tubercules égaux, également espacés, et nettement circonscrits par une dépression circulaire. - Diamètre antéro-postérieur, 59 millim. ; diamètre transverse au-dessous du sommet, 38 ; en arrière du sommet, 41. Hauteur au sommet, 33 ; en arrière du sommet, 34.

 

     Le Galerites ovum, Grat., pl. 2, fig. 5 (Echinolampas, id. Des Moul.) se rapproche assez de cette espèce ; mais, autant qu'on peut en juger par la description et par la figure que donne M. Grateloup d'un moule crayeux des environs de Dax, cet échinide serait atténué postérieurement, à l'inverse du nôtre, qui est élargi. Les autres caractères sont d'ailleurs trop peu précis pour faire une comparaison plus détaillée. Nous avons trouvé, dans le calcaire grossier du Cotentin, un moule qui paraît appartenir à notre Echinolampas. MM. Agassiz et Desor avaient d'abord pensé que cet échinide pouvait être rapporté à l'E. polita (Clypeaster, id. Lam.) ; mais un examen ultérieur les a engagé à le regarder avec nous comme une espèce distincte. - Moulin de Sopite et chemin de Villefranque.     

Extrait planche VI

   

 

 
  Echinolampas (Echinolampas) ellipsoidalis d'Archiac, 1846 - Lutétien, Médoc, France, 50 mm  
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) cf. elongata Laube, 1867

 
 

description de l'espèce par Laube

Ein Beitrag zur Kenntniss der Echinodermen des Vicentinischen Tertiärgebietes, 1868, p.25

 

Echinolampas elongatus Laube

Tab. V, fig. 3.

     Grosser Körper, von eiförmiger Gestalt, hinten scmäler als vorne, viel länger als breit, Oberseite flach. Die Petalen nicht wulstig, schmal, ungleich lang. Stirnpetale am kürzesten, vorne offen, Porenzonen gleich, vordere Petalen kürzer als die hinteren, in der Mitte breiter als das Stirnpetale, vordere Porenzone derselben kurz, kaum gekrümmt, hintere viel länger als die vordere, stark bauchig, nach hinten gedrümmt. Hintere Petalen die längsten, lang gestreckt, innere Porenzonen länger als die äusseren. Scheitel weit von der Mitte gelegen, mit vier kleinen Genitalöffnungen. Unterseite flach, zu einer breiten Mundgrube eingesenkt, welche der Mitte näher liegt als der Scheitel. Periproct hart uneter dem Rande gelegen, quer schmal elliptisch.
     Die Art unterscheidet sich durch ihre lang gestreifte Form wesentlich von der bisher bekannt gewordenen. Schon der eiförmige, hinten nicht geschnabelte Umriss wird sie von E. affinis und similis leicht unterscheiden lassen.

     Aus der Periasterschichte (Suess) von der Gichelina.

 

     Durch Herrn Professor Dr. Sandberger in Würzburg erhielt ich ein Exemplar eines Echinolampas vom Kressenberge, welches der vicentinischen Species auffällig gleicht, so dass ich annehme, es kommt diese Art auch diesseits der Alpen vor.

     Länge 67 Millim., Breite über den Scheitel 46 Millim., Stirnambulacrum 15 Millim. Vorderes Petalenpaar 18 Millim., hinteres 31 Millim.

Extrait planche V

   

 

 
  Echinolampas (Echinolampas) cf. elongata Laube, 1867 - Eocène, Italie, 60 mm  
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) escheri Agassiz, 1839

 
 

description de l'espèce par de Loriol

Oursins tertiaires de la Suisse, 1876, p. 69

 

Echinolampas Escheri, Agassiz

Pl. IX, fig. 1 et 2.

   

     Forme ovale, allongée, épaisse, arrondie en avant, un peu rétrécie en arrière, mais arrondie et non rostrée. Face supérieure élevée, uniformément convexe, renflée. Face intérieure pulvinée au pourtour et assez évidée autour du péristome. Pourtour épais et arrondi.

     Sommet ambulacraire très excentrique en avant, situé à 0,38 de la longueur totale.

     Ambulacres relativement étroits, très inégaux, les postérieurs étant beaucoup plus longs que les antérieurs ; ils arrivent jusque près du bord et sont relativement assez effilés vers leur extrémité. Les zones porifères sont à fleur du test et for étroites ; l'espace interporifère est environ deux fois plus large que l'une d'entre elles.

     Péristome pentagonal, large, mais très étroit, assez enfoncé, moins excentrique que le sommet ambulacraire. Je ne connais pas le floscelle.

     Périprocte assez large, ovale, transverse, ouvert tout près du bord.

     Tubercules très petits, enfoncés dans les scrobicules, homogènes, très serrés à la face supérieure, un peu plus écartés à la face inférieure.

     Rapports et différences. L'Echinolampas Escheri, qui se  rapproche en quelques façon de l'Echinol. Matheroni, Desor, s'en distingue fort bien par sa face supérieure élevée, épaisse, uniformément convexe, par ses ambulacres non costulés, par son bord postérieur non rostré. Il est encore plus voisin de l'Echin. Eurysomus, il me paraît cependant devoir en être distingué à cause de sa forme plus allongée, plus renflée, de son sommet ambulacraire encore plus excentrique en avant et de son péristome relativement plus large. On ne connaît encore qu'un petit nombre d'exemplaires bien typiques de l'Echin. Escheri, aucun n'est parfaitement conservé, et j'incline fort à croire que, si les deux espèces pouvaient être

 

exactement comparées avec des exemplaires bien frais, on finirait par n'en conserver qu'une. En revanche, l'Echinol. Escheri ne peut être confondu avec l'Echin. Studeri, qui est bien plus discoïdal, dont les ambulacres sont beaucoup plus larges, et le sommet ambulacraire moins excentrique. M. Agassiz, dans le "Catalogue raisonné des Echinides" rapproche son Echin. dilatatus de l'Echin. Escheri ; il me paraît plutôt que c'est un grand exemplaire de l'Echinol. affinis, ou peut-être encore un Echinanthus.

     Localités. Blangg, Sauerbrunn, environs d'Yberg. Stoeckbach près Waag (Schwytz). Faehnern (Appenzell).

     Eocène. Nummulitique. Parisien I.

     Collections. Musée de Zurich. Musée de Berne (Coll. Ooster).

Explication des figures.

Pl. IX. Fig. 1, 1 a, 1 b, 1 c. Echinolampas Escheri. Blangg. Musée de Zurich.

Fig. 2n 2 a . .  .  .  . Autre exemplaire de la même espèce. Stöckbach. Musée de Berne. Cet exemplaire a déjà été figuré par M. Ooster.

Ces figures sont de grandeur naturelle.

 

Extrait planche IX

   

 

 
 

Echinolampas (Echinolampas) escheri Agassiz, 1839  - Eocène, Allemagne, Bavière, 44 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) gambierensis Woods, 1867 - Miocène inférieur, Australie du Sud, 60 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) hoffmanni Desor in Ag. & Desor, 1847

 
 

diagnose originale de l'espèce par Desor & de Loriol

Catalogue raisonné des échinides vivans et fossiles, p.166

 

Hoffmanni Desor. - S 54. T 72. - Forme de l'Echinol. hemisphaericus ; mais les zones porifères sont plus étroites, et les ambulacres plus ouverts à l'extrémité.

Tert. de Sicile, Palerme. - Michelin.

 
  Echinolampas (Echinolampas) hoffmanni Desor in Ag. & Desor, 1847  - Pliocène, Trinaca, Rhodes, Grèce, 94 mm  
 
 
  Echinolampas (Echinolampas) hoffmanni Desor in Ag. & Desor, 1847  - Zanclien, Espagne, 88 mm  
 
  Echinolampas (Echinolampas) hoffmanni Desor in Ag. & Desor, 1847  - Sicilien, Grèce, 81 mm  
 
   
 
 

Echinolampas (Echinolampas) hoffmanni Desor in Ag. & Desor, 1847  - Pliocène, Maroc, 74 mm

 
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) hoffmanni Desor in Ag. & Desor, 1847  - Pliocène, Dakhla, Maroc, 73 mm

 
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) hoffmanni Desor in Ag. & Desor, 1847  - Pliocène, Dakhla, Maroc, 74 mm

 
 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) hydrocephala Oppenheim, 1901  - Lutétien, Vicentin, Italie, 86 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) insignis Duncan & Sladen,1871

 

diagnose originale de l'espèce par Duncan & Sladen

A description of the fossil echinoidea of Kachh and Kattywar, p.926

7. Echinolampas insignis, Duncan & Sladen. Plate III, Figs. 3-6

     The test is large, almost circular in actinal outline, conical above, flat in anterior slope, nearly as broad as long, and about on half as high as broad. The relative proportions are -lengh as to breadth 1 : 0.966, and lenght as to height 1 : 0.488.

     The apical system is at the highest point of the test, and is about 3 millim. in front of the center. The test slopes with a gentle curve on either side of the apex to the tumid margin, and has a decided flattish slope in fron, which contrasts with the gentle posterior curve of the test. The margins are tumid or rounded, and most so in front and behind the periproct, where there is some flatness. The test reposes on the rather convex actinal surface within the limits of the margin. The peristome, 11 or 12 millim. broad, is sunken , large, much broader than long, and has the posterior bourrelet the broadest, and the postero-lateral very samll ; the antero-lateral are the most tumid, but all are slightly developed. The periproct is large, elliptical, with a greater anterior than posterior curvature ; is is broader than the peristome, and is close to the posterior part of the test and inframarginal. The test is less convex between the periproct and peristome than elsewhere actinally.

     The apical system is large, circular in outline, a little tumid centrally, but sunken round the edge ; and the greater part is occupied by the madreporic body, which is covered with nodular granules. There are four generative pores, which are large, and the anterior pair are closer than the posterior. The ocular plates are very small.

     The ambulacra are unequal, moderately broad, the posterior being the longest and the others subequal ; the odd ambulacrum is slightly narrower and shorter than the others, and all pass far towards the margin, but none of the petaloid parts reach it. The odd ambulacrum is widely open at its marginal end, but still the poriferou zones converge there slightly ; the antero-lateral tend to close, but do not, and this is observed in aless degree in the postero-lateral ambulacra. The interporiferous zones are brad, slightly convex, and raised above the level of the rather sunken poriferous zones. The posterior ambulacra have the broadest interporiferous zone, and all are ornamented with a close small tuberculation in small sunken scrobicules, the intervening part being finely, sparely, and dinstinctly granular. The tubercles are barely above the test, and have small mamelons.

     The poriferous zones are broad, the pairs are obliquely placed, and the pores are large and conjugate. The pairs are separated by well-developed granular costae. The pores of the outer row are leongate-comma shaped, and the inner pores are nearly circular.

     The poriferous zones of the anterior odd ambulacrum, slightly petaloid in their contour near the apex, diverge gradually to their ends ; the inner lines of pores are nearly in straight series, and the outer form curves on account of the breadth of the poriferous zones increasing gradually to one half of their length and then diminishing to a point.

     The antero-lateral ambulacra form a widely open angle of 170° ; are at first narrow and petaloid, then are enlarged in breadth, and they become gradually narrower to their end above the margin. The anterior poriferous zone is the shortest, and is nearly straight in its direction from the apex to some distance from the margin ; and the posterior zone is decidedly curved, with the convexity posterior. Towards the end of the posterior zone the pairs of pores diminish in breadth and turn slightly backwards.

 

     The interporiferous zone of the posterior ambulacra is wider than that of the other ambulacra ; and the poriferous zones are slightly unequal, the anterior being the longest. The anterior zone is more curved than the posterior, which is nearly straitht in comparison, and there is a tendency to close.

     The interradia are large, the anterior are singularly flat abactinally, and the posterior one has no unusual convexity. The ambulacra are continued over the margin in single series ; and there is a phyllode in a narrowing groove corresponding with each one.

     The pores are doubled near the peristome ; they are in depressions which resemble scrobicules without tubercles.

     The ornamentation of the abactinal part of the test generally resembles that of the interporiferous zones ; it becomes closer and smaller at the margins, and increases in size and is wider apart and largest near the peristome. It is especially large on the bourrelets, a little way off the peristome.

     Length of specimens 90 and 83 millim. Relation of length to breadth 1 : 0.966 and 1 : 0.987 ; and of length to height 1 : 0.488 and 1 : 0.47.

     Locality. Kachh. One mile east of Goir, near Narainsir. Nummulitic series. Survey-number C 043 B.

     The specimen measuring 83 millim. in length (Survey-number C 043 f B) is of course smaller than the type, and its peristome is more elongate transversely and less pentagonal.

Illustrations of the Species in Plate III.

Fig. 3 Abactinal view : natural size

4. The test, side view : natural size.

5. Actinal view : natural size.

6. Part of an ambulacrum : magnified.

 

planche III, extrait

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) insignis Duncan & Sladen,1871, Miocène, Andalousie, Espagne, 147mm

 
     
   
     
 

Echinolampas (Echinolampas) insignis Duncan & Sladen,1871, Miocène, Andalousie, Espagne, 150mm

 
     
 

Echinolampas (Echinolampas) kleinii (Goldfuss,1826)

 
 

Echinolampas (Echinolampas) kleinii (Goldfuss,1826), Oligocène supérieur, Bunde, Doberg, NordRheinWestfalen, Allemagne, 57 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) labriei Lambert,1915

 

diagnose originale de l'espèce par Lambert

Révision des échinides fossiles du Bordelais, II, échinides de l'Oligocène, p.49

     Echinolampas Labriei Lambert

     Parmi les Echinolampes recueillis par M. l'abbé Labrie dans le Calcaire à Astéries d'Espiet, il en est un qui s'éloigne nettement de tous les autres par la longueur de ses pétales. Cet individu, de taille moyenne, mesurant 56 millimètres de longueur sur 48 de largeur et 28 de hauteur, présente une forme générale voisine de celle du E. Blainvillei Agassiz, mais il en diffère par sa face supérieure plus tourmentée, légèrement déprimée au milieu des aires interambulacraires latérales, plus régulièrement déclive en arrière, par son apex moins excentrique, correspondant au sommet, par son péristome aussi moins excentrique, plus grand, moins transverse, subtrigone, avec floscelle moins développé, surtout par ses pétales plus longs, plus droits, plus ouverts, comptant à taille égale des pores plus nombreux, comme le montre le tableau suivant :

  I II III
  a b a b  
E. Blainvillei..... 48 55 52 36 39
E. Labriei......... 56 66 54 43 44

     On voit que la différence affecte surtout les pétales postérieurs ; elle est assez considérable pour imprimer à l'E. Labriei une physionomie très particulière.

     Parmi les nombreux Echinolampas connus, celui qui se rapprocherait le plus du

 

E. Labriei serait E. Falloti Cotteau, de l'Eocène de Blaye, et que je considère d'ailleurs comme une simple variété du E. blaviensis Cotteau (Eoc. II, pl. 380, fig. 1, 2). Cette forme diffère cependant de notre espèce par son apex plus central, les dépressions plus accentuées de ses flancs, le moindre développement de ses pétales. Quant au E. lucifer Lambert, créé pour l'ancien E. Falloti du Stampien de Biarritz, il est plus anguleux et rostré en arrière, plus déprimé, avec face postérieure rentrante ; ses pétales sont sensiblement plus étroits et avec branches moins inégales.

     Localité. - Espiet ; étage Stampien.

planche IV, extrait

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) labriei Lambert,1915, Oligocène, Alicante, Espagne, 41mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) leymeriei Cotteau, 1863

 

description de l'espèce par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.84

N° 188. - Echinolampas Leymeriei, Cotteau, 1863

Pl. 227, fig. 4 et 5 et pl. 228, fig. 1-4.

   

     Espèce de moyenne et petite taille, allongée, ovale, arrondie en avant, un peu acuminée et subrostrée en arrière. Face supérieure médiocrement et uniformément renflée, ayant sa plus grande épaisseur dans la région postérieure. Face inférieure presque plane, subpulvinée sur les bords, déprimée autour du péristome, légèrement bombée dans l'aire interambulacraire impaire. Sommet ambulacraire très excentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, étroites, inégales, effilées, et cependant ouvertes à leur extrémité, l'aire antérieure impaire plus droite, plus étroite, plus courte et plus ouverte que les autres. Aires ambulacraires paires antérieures très divergentes, arrondies, un peu moins longues que les aires postérieures, qui sont plus droites, plus effilées et forment un angle beaucoup plus aigu. Zones porifères étroites, formées de pores presque égaux, les internes, cependant un peu plus arrondis que les autres, unis par un sillon, disposés par paires transverses alternant avec une petite bande de test granuleux. Les zones porifères sont inégales : dans l'aire antérieure, la différence est peu sensible et la zone porifère de droite compte quatre ou cinq paires de pores de plus. Dans les aires ambulacraires paires, cette différence est beaucoup plus marquée. Sur l'aire ambulacraire antérieure la zone porifère placée en avant présente environ douze paires de moins ; ce nombre s'augmente encore dans les aires postérieures, où la zone porifère antérieure compte au moins quinze paires de pores de plus que l'autre. Cette différence du reste n'a rien de rigoureux, et les zones porifères, tout en étant toujours très inégales, le sont plus ou moins suivant les individus, lors même que leur taille est identique. Tubercules petits, serrés, scrobiculés, un peu plus gros et plus espacés aux approches du péristome. Granulation intermédiaire fine et homogène. Péristome sub-pentagonal, transverse, s'ouvrant dans une dépression à peine accentuée de la face inférieure, muni d'un floscelle peu apparent. Périprocte inframarginal, transverse, assez grand, placé à l'extrémité du rostre postérieur. Appareil apical pourvu de quatre pores génitaux, s'ouvrant sur les bords et un peu en dehors de la plaque madréporiforme qui occupe le centre de l'appareil.

     Cette espèce est très variable dans sa forme : le type est elliptique, arrondi en avant, légèrement rétréci en arrière, et sa face supérieure est médiocrement renflée ; mais associés à ces exemplaires, il s'en rencontre d'autres de taille plus petite, épais, subcylindriques, et que nous avions cru devoir dans l'origine réunir à l'E. ellipsoidalis, de Biarritz. Chez quelques individus déprimés, la face postérieure est acuminée et se prolonge en un rostre très prononcé ; s'ils ne se reliaient au type par des passages insensibles, on serait tenté d'en faire une espèce particulière. Les aires ambulacraires varient également dans leurs dimensions et un peu aussi dans leur disposition. Les zones porifères sont plus ou moins étendues : l'aire ambulacraire impaire notamment, très courte dans certains exemplaires, est quelquefois presque aussi longue que les aires ambulacraires paires.

 

     Hauteur, 20 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 40 millimètres ; diamètre transversal, 31 millimètres et demi.

     Individu rostré en arrière : hauteur, 16 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 34 millimètres ; diamètre transversal, 27 millimètres.

     Individu jeune subcylindrique : hauteur, 14 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 24 millimètres ; diamètre transversal, 15 millimètres.

     Rapports et différences. - Cette espèce, dont nous connaissons un certain nombre d'exemplaires, nous a paru différer de l'E. ellipsoidalis, auquel nous l'avions réunie dans l'origine. Le type est de taille moins forte, moins ovoïde, plus dilaté, plus déprimé, et la face inférieure est plus plane. Quelques exemplaires affectent, il est vrai, un e forme plus renflée, plus allongée et semblent se rapprocher davantage de l'E. ellipsoidalis ; mais ces derniers individus eux-mêmes diffèrent notablement de l'espèce de Biarritz, par leur taille plus petite, parleurs aires ambulacraires moins longues et moins renflées, par leur face inférieure moins pulvinée et moins déprimée autour du péristome. Certaines variétés de l'E. Leymeriei se rapprochent, au premier aspect, par leur sommet très excentrique en avant, leur face postérieure sensiblement rostrée, leurs zones porifères très inégales, de l'E. silensis, assez commun en Suisse et à Callosa, dans la province d'Alicante ; ils en diffèrent par leur forme plus allongée, par leur face inférieure plus déprimée autour du péristome, par leurs zones porifères moins larges et formées de pores plus égaux, par leur péristome plus pentagonal, par leur périprocte moins largement développé.

     Localités. - Alaric, route de Monze, Montolieu, Moussoulens, Capendu, Conques, Aragon (Aude). Assez commun. Eocène.

     Muséum de Toulouse (Leymerie) ; coll. Hébert, Toucas, Roussel.

     Explication des figures. - Pl. 227, fig. 4, E. leymeriei, de la route de Monze, de la collection de M. Hébert, vu de côté ; fig. 5, face supérieure. - Pl. 228, fig. 1, le même exemplaire, vu sur la face inférieure ; fig. 2, autre exemplaire, de la même localité, de la collection de M. Hébert, individu jeune, vu de côté ; fig. 3, face supérieure ; fig. 4, portion de la face supérieure montrant l'appareil apical et la disposition des aires ambulacraires, prise sur un exemplaire d'Alaric, de la collection de M. Roussel, grossie.

Extrait planches 227 et 228

 

 

  Echinolampas (Echinolampas) leymeriei Cotteau, 1863 - Yprésien inférieur, Huesca, Espagne, 45 mm  
  Echinolampas (Echinolampas) leymeriei Cotteau, 1863 - Eocène, Espagne, 27 mm  
 
 

Echinolampas (Echinolampas) manzonii Pomel, 1883

 

description de l'espèce par Pomel

Classification méthodique et genera des echinides, 1883, p.62

     Miolampas diffère du précédent (NDLR : des Echinolampas typiques) par un floscèle presque nul, sans bourrelets, les phyllodes étant seulement marquées par quelques pores plus gros. E. depressus Gray est vivant, E. Manzonii (E. depressa Manz. non Gray), E. eurysomus, etc. sont fossiles.

  Echinolampas (Echinolampas) manzonii Pomel, 1883  - Pliocène inférieur, Espagne, 48 mm  
 
 

Echinolampas (Echinolampas) montevialensis von Schauroth,1865

 
 

diagnose originale de l'espèce par v. Schauroth

Verzeichniss der Versteinerungen im Herzoglichen Naturaliencabinet zu Coburg, 1865, p.191

 

3987. Echinolampas Montevialensis n., n. sp., Tab. XI, fig. 1.

     Echinolampas testa semiglobosa, ambitu fajeriter allepiedo, margine rotundato, vertice subcentrali, ore centrali, ano inframarginali transversali, ambulacris linearibus longis dinstinctis.

     Eine der vorigen ARt durch den rundlichen Umriss ähnliche Form, aber höher und grösser als jene. Die gegenwärtige Art ist kurz elliptisch mit in der Mitte liegendem Mund, am Rande auf der Unterseite liegendem, spitz quer elliptischem After, etwas ausser der Mitte, dem vorderen Ende genähertem Scheitel un dicht mit Stachelnarben bedeckter Oberfläche. Die Länge des vorliegenden Exemplars beträgt

 

80, die Breite 75 und dit Höhe 60 Millimeter. Die Fühlergänge sind tief eingesenkt und setzen als flache. Furdhen bis zur unteren Seite fort. Von Echinol. Kleini unterscheidet sich diese Art durch die mehr abgerundete und unten mehr aufgetriebene Gestalt oder weniger scharfen Rend (NDLR : la suite du document est illisible sur une phrase complète).

Extrait planche XI

   

 

 

description de l'espèce par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.145

 

     Echinolampas Montevialensis, Schauroth, 1865, Verzeichniss der Versteiner. im herzog. natur. Cab. zu Coburg, p. 191, pl. XI, fig. 1. - E. Beaumonti, Laube (non Agassiz), Ein Beitrag sur Kenntniss der Echinod. des vicent. tertiär., p. 24, pl. V, fig. 1, 1868. - E. Montevialensis, Dames, Die Echin. der vicent. and veron. tertiärablag., p. 42, pl. IV, fig. 1, 1877. Espèce de grande taille, subcirculaire, arrondie à l'ambitus, haute, renflée, subhémisphérique en dessus, presque plane en dessous, subdéprimée aux approches du péristome. Sommet ambulacraire presque central, un peu rejeté en avant. Aires ambulacraires larges, renflées, longues, descendant très bas, presque égales entre elles, un peu effilées, d'après les figures données par M. Laube, presque droites suivant M. Dames. Zones porifères larges, paraissant égales dans chacune des aires. Péristome subcentral, pentagonal, muni d'un floscelle atténué. Périprocte elliptique, un peu arrondi, placé près du bord. Les

 

caractères très tranchés de cette espèce la distinguent nettement de ses congénères. Cependant les figures que les auteurs en ont données, et que M. Dames réunit au même type, présentent entre elles de notables différences et constituent en tous cas des variétés bien distinctes qui n'ont de commun que leur forme très renflée, presque hémisphérique, la longueur de leurs aires ambulacraires et leur périprocte plutôt arrondi que transverse. Il est probable que cette espèce devra être séparée des véritables Echinolampas. Lonigo (Dames) ; Zovencedo, Altavilla, Sarego, val Scaranto (Laube) ; Monte Viale (Schauroth), Vicentin. Assez rare. Eocène moyen.

 
 

Echinolampas (Echinolampas) montevialensis von Schauroth,1865 - Lutétien, Vicentin, Italie, 75 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) morgadesi Lambert,1902

 

Diagnose originale de l'espèce par Lambert, 1902

Description des échinides fossiles de la province de Barcelone, p. 39

ECHINOLAMPAS MORGADESI LAMBERT.

Pl. III, fig. 3.

Syn. Echinolampas Vidaii Aimera (non Cottcau) : Bull. S. G. d. F., 30 sér., t. XXVI, p. 7o3. 1899.

Assez grande espèce (long. 68 mill., larg. 6o, haut. 35), ovale, arrondie en avant, à peine rétrécie en arrière ; face supérieure épaisse, renflée, uniformé­ment bombée, ayant sa plus grande hauteur vers l'apex, qui est excentrique en avant ; face inférieure arrondie sur les bords, côncave au milieu, avec péristome faiblement excentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, plutôt étroites (7 mill. à leur plus grande largeur), allongées, à fleur de test, ouvertes à leurs extrémités et inégales : l'impaire plus étroite etplus courte, les antérieures arquées, les postérieures presque droites, plus longues. Zones porifères non déprimées,

étroites, formées de pores égaux, conjugués, inégales dans les ambulacres pairs, plus courtes d'environ douze paires dans les branches antérieures en avant et d'environ huit paires dans les branches postérieures en arrière; zones interporifères étroites, planes. Péristome transverse, à phyllodes étroits et bourrelets assez saillants. Périprocte infra-marginal, transversalement ovale. Apex indistinct sur les individus communiques.

L'exemplaire type avait été rapporté au E. discoidea Des Moulins, probablement à cause d'une déformation de la partie postérieure. et de la longueur des ambulacres, mais il est superflu de remarquer qu'il n'a réellement aucun rapport avec l'espèce géante du miocène de Dax, qui est un Hypsclypeus, et que, malgré la longueur de ses pétales, notre espèce rentre très exactement dans le genre Echinolampas. J'avais d'abord pensé à la rapprocher dé l'E. Vidali Cotteau, de l'Éocène d'Alicante, et M. Aimera, sur mes indications, l'a citée sous ce nom, mais l'examen de meilleurs individus ne m'a pas permis de maintenir cette. détermination, car l'E. vidali, bien plus court, plus conoïde, a une base plus large et des pétales

  encore plus longs. E. Morgadesi diffère de l'E. archiaci de  l'Éocène inférieur de, Saint-Palais, par sa taille, sa forme plus élargie, plus régulièrement déclive en arrière, sa face inférieure concave, ses ambulacres pairs plus étroits, plus allongés, à zones porifères encore plus inégales. Il ne me parait pas possible de confondre les deux espèces. L'E. Bouillei Cotteau de l'Éocène supérieur de Biarritz a aussi des rapports  avec notre espèce et s'en rapproche par sa face inférieure concave ; mais il a une autre physionomie, appartenant au groupe de

similis., à zones porifères des ambulacres subcostulées, et ne saurait, en conséquence, are. confondu avec E. Morgadesi. lin résumé, malgré mon désir de ne pas ajouter encore un nom à la liste déjà si longue des Echinolampas éocènes, je ne puis rapporter celui des environs de Barcelone à une espèce Connue et, ayant à lui donner un nom nouveau, je suis heureux de pouvoir respectueusement le dédier à la mémoire de Monseigneur l'Évêque de Barcelone.

Localité. — Terrain nummulitique des environs de Barcelone au torrent de Tortugué, Calsine et Monistrol (Montserrat).

planche III (extrait)

 

   
 

Echinolampas (Echinolampas) morgadesi Lambert,1902 - Eocène moyen, Moià, Barcelone, Espagne, 61 mm

 
   
 

Echinolampas (Echinolampas) morgani Cotteau,1890

 

diagnose originale de l'espèce par Cotteau

Echinides nouveaux ou peu connus, p.546

85. Echinolampas Morgani Cotteau, 1890.

Pl. XII, fig. 13-15

     Espèce de taille moyenne, un peu allongée, ovoïde, submentagonale, arrondie en avant, plus ou moins sensiblement rostrée en arrière. Face supérieure régulièrement convexe. Face inférieure fortement pulvinée, renflée et arrondie sur les bords, déprimée autour du péristome. Sommet ambulacraire excentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, relativement peu développées, presque égales, les aires postérieures un peu plus longues que les autres. Zones porifères larges, composées de pores à peu près semblables, les pores extérieurs, cependant, un peu plus allongés que les autres, unis par un sillon très atténué. Les zones porifères sont égales dans l'aire ambulacraire antérieure. Dans les aires paires antérieures, la zone porifère placée en avant offre cinq ou six paires de moins ; dans les aires ambulacraires postérieures, la différence se réduit à deux ou trois paires. La zone interporifère, relativement très étroite, superficielle, occupe à peine la place de deux zones porifères. Tubercules petits, arrondis, scrobiculés, espacés à la face supérieure, plus serrés et plus déprimés dans la région inframarginale, s'espaçant de nouveau et augmentant un peu de volume aux approches du péristome.  L'espace compris entre le péristome et le périprocte présente, à la face inférieure, les traces d'une bance longitudinale dépourvue de tubercules. Granulation intermédiaire fine, abondante, homogène. Péristome excentrique en avant, fortement déprimé, subpentagonal, transverse, muni d'un floscelle apparent, mais peu prononcé. Périprocte assez grand, elliptique, subtransverse, s'ouvrant sous le bord postérieur. Appareil apical muni de quatre pores génitaux bien ouverts, les deux antérieurs plus rapprochés que les deux autres.

     Nous ne connaissons qu'un petit nombre d'exemplaires de cette espèce, et cependant ils présentent plusieurs variations dans leur taille et leur forme. L'échantillon le mieux conservé, celui que nous venons de décrire, est court, convexe, renflé, ovoïde, très arrondi et à peine rostré en arrière. Deux de nos exemplaires sont plus développés et beaucoup plus sensiblement rostrés en arrière, mais ils ne sauraient être distingués du type.

     Individu de petite taille et ovoïde : hauteur, 20 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 30 millimètres ; diamètre transversal, 27 millimètres et demi.

     Individu de taille plus forte et plus rostré : diamètre antéro-postérieur, 42 millimètres ; diamètre transversal 35 millimètres (la heuteur n'est pas connue).

 

 

     Rapports et différences. - Dans l'origine, nous avions cru devoir, comme l'avait fait avant nous M. de Morgan, réunir cette espèce à l'Echinolampas ovulum Laube, qu'on rencontre en Australie. Les descriptions que M. Laube et, plus tard, M. Duncan, ont donnée de cette espèce, ainsi que les figures et la description encore plus complète publiées tout récemmentpar M. Gregory, ne permettent pas de confondre les deux espèces. L'Echinol. ovulum sera toujours reconnaissable à sa grande taille, à sa forme renflée, subconique, arrondie en avant, subdéclive en arrière ; à sa face inférieure à peine déprimée autour du péristome, tranchante sur les bords ; à ses aires ambulacraires très larges, très ouvertes, relativement courtes et cessant d'être pétaloïdes à une grande distance du bord ; à son péristome subcentral, pentagonal et de petite dimension.

     M. Gregory (loco citato) a fait connaître une seconde et nouvelle espèce d'Echinolampas, Echinol. posterocrassus, qui au premier aspect, par sa taille, sa face inférieure pulvinée et l'étroitesse de ses aires ambulacraires, se rapproche davantage de l'Echinol. Morgani. Notre espèce nous a paru, cependant, se distinguer de l'Echinol. posterocrassus Gregory, par sa face supérieure plus régulièrement convexe et moins élevée en arrière ; par sa forme générale plus pentagonale et plus rostrée ; par ses aires ambulacraires lus étroites ; par son péristome plus pentagonal. L'E. Morgani offre également quelques rapprots avec l'E. silensis P. de Loriol, mais en diffère par sa forme plus ovoïde et plus renflée ; par ses aires ambulacraires plus étroites et moins longues ; par ses zones porifères beaucoup moins inégales dans les aires ambulacraires paires ; par son péristome plus enfoncé et plus pentagonal ; par son périprocte plus rapproché du bord.

     Localité. - Mont Gambier (Australie). Assez rare.

     Collection Cotteau (M. de Morgan).

Extrait planche XII

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) morgani Cotteau,1890 - Miocène, Gambier limestone, Australie du Sud, 34 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) oppenheimi Airaghi,1903

 

diagnose originale de l'espèce par Airaghi

Alcuni Echinidi del terziario veneto, 1903, p.421

Echinolampas Oppenheimi n. sp.

     Specie di grandi dimensioni, allungata, large anteriormente, ristretta nella parte posteriore e caudata, angolosa in corrispondenza degli ambulacri. Faccia superiore molto alta, gonfia, convessa, colla maggior altezza in corrispondenza dell'apice ambulacrale. Faccia inferiore quasi piana, coi margini molto arrotondati. Sommità ambulacrale eccentrica all'avanti. Aree ambulacrali larghe, petaloidee, lunghe, molto aperte alle loro estremità, disuguali ; quella impari anteriore più diritta e corta della altre, quelle pari anteriori più flessuose, più corte, più divergenti delle posteriori. Zone porifere molto depresse, dormate da pori disuguali, gli esterni più grandi e più allungati degli interni, dispoti a paia trasversali, congiunti tra loro da un piccolo solco. Spazio interporifero molto largo e uniformemente convesso. Tubercoli piccoli, spessi. Peristoma eccentrico all' avanti, trasversale, pentagonale. Periprocto mal conservato. Apparecchio apicale grande con quattro pori genitali.

     Dimensioni : lung. 102 (?) ; larg. mm. 80 ; alt. mm. 52.

     Questa grande specie ricorda l'Echinolampas lustinae Opp. 1 e da questa si distingue per la sua forma più allungata, maggiormente caudata e angolosa, meno rotondeggiante specialmente in corrispondenza delle aree interambulacrali pari

 

posteriori, per le zone porifere più de presse, lo spazio interporifero più rigonfio e l'apice ambulacrale spostato molto più all' avanti. Ricorda pure anche l'Echinolampas subcylindricus Desor, de cui si distingue perchè più angolosa, merno ovoidale, meno uniformemente convessa sulla faccia superiore, e per le aree ambulacrali più sviluppate, più larghe, e le zone interporifere non piane, ma figonfie.

     Località : Veronese (eocene).

1 Die Priabonasch. und ihre Faune (l. c.), pag. 100, tav. XVII, fig. 4.

Extrait planche XI

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) oppenheimi Airaghi,1903 - Lutétien, Vicentin, Italie, 100 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) ovalis (Bory de St Vincent, 1824)

 
 

description de l'espèce par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.53

 

N° 179. - Echinolampas ovalis (Bory de Saint-Vincent), des Moulins, 1836.

Pl. 216 et 217.

   

     T. 83 ; var. renflée, Q. 38.

      Espèce de taille assez forte, régulièrement ovale, arrondie en avant, à peine un peu rétrécie en arrière. Face supérieure plus ou moins renflée, uniformément bombée. Face inférieure subpulvinée, renflée sur les bords, légèrement concave autour du péristome. Sommet ambulacraire subexcentrique en avant. Aires ambulacraires longues, larges, pétaloïdes, renflées, ouvertes à leur extrémité, inégales, l'aire antérieure plus droite et moins large que les autres. Aires ambulacraires paires antérieures divergentes, plus courtes que les aires postérieures, qui descendent très bas et forment, à leur partie supérieure, un angle moins ouvert. Zones porifères déprimées, relativement assez longues et formées de pores inégaux, les internes arrondis, les externes allongés, unis par un sillon profond, et disposés par paires obliques que sépare une petite côte finement granuleuse. Dans l'aire antérieure, les deux zones porifères paraissent de même étendue, dans les aires ambulacraires paires, il existe, entre les deux zones, une différence de quelques pores, plus sensible dans les aires antérieures et variant suivant les individus. Zone interporifère large, subcostulée, occupant un espace triple au moins de chacune des zones porifères. Tubercules petits, scrobiculés, homogènes, un peu écartés à la face supérieure, serrés et très abondants vers l'ambitus et dans la région inframarginale, un peu plus gros et plus espacés, aux approches du péristome. Granulation intermédiaire fine, abondante, homogène. Les tubercules, tantôt recouvrent entièrement, à la face inférieure, l'aire interambulacraire postérieure, et tantôt présentent, au milieu, les traces d'une bande longitudinale. Péristome excentrique en avant, subpentagonal, transverse, s'ouvrant dans une dépression peu accentuée de la face inférieure, muni d'un floscelle plus ou moins apparent. Périprocte subtriangulaire, transverse, placé très près du bord postérieur. Appareil apical assez saillant, granuleux ; plaque madréporiforme très développée, munie de quatre pores génitaux largement ouverts, placés sur la plaque elle-même, aux angles externes, les deux pores antérieurs plus rapprochés que les deux autres ; plaques ocellaires très petites.

     Cette espèce est fort abondante, et nous avons sous les yeux un grand nombre d'individus de taille très variable, représentant les différents âges de l'espèce. Sauf la face supérieure, qui est plus ou moins renflée et la forme générale plus ou moins étroite, tous nos exemplaires présentent des caractères identiques et appartiennent certainement au même type.

     Exemplaire de grande taille : hauteur, 35 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 66 millimètres ; diamètre transversal, 55 millimètres.

     Exemplaire de tailla moyenne : hauteur, 27 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 51 millimètres ; diamètre transversal, 42 millimètres.

     Exemplaire de petite taille : hauteur 22 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 43 milimètres ; diamètre transversal, 36 millimètres.

     Rapports et différences. - l'E. ovalis, bien que connu depuis longtemps et très répandu dans certaines couches, n'a jamais été ni décrit ni figuré, ou du moins les figures qu'on a données sont tellement mauvaises qu'elles permettent à peine de reconnaître l'espèce, qui cependant est très bien caractérisée : sa forme ovale, uniformément renflée, arrondie en avant et très légèrement rétrécie en arrière, son sommet faiblement excentrique en avant, ses aires ambulacraires larges, renflées,

 

costulées, ses zones porifères déprimées, sa face inférieure pulvinée, subdéprimée autour du péristome qui est muni d'un floscelle apparent, son périprocte très rapproché du bord postérieur, distinguent facilement l'E. ovalis de ses congénères. l'E. Beaumonti, du Vicentin, se rapproche beaucoup de l'E. ovalis ; nous avons sous les yeux le type de cette dernière espèce, recueilli, aux environs de Vérone, par Elie de Beaumont (S. 16., coll. de l'Ecole des mines), et nous devons reconnaître que les différences qui séparent les deux espèces sont bien légères. Desor, tout en constatant, dans le Synopsis, que les deux types sont très voisins, les maintient dans la méthode, et pense que l'espèce du Vicentin est beaucoup plus renflée, dans la région postérieure, que l'espèce des environs de Bordeaux. Ce renflement ne nous frappe pas, et si l'E. Beaumonti se distingue de l'E. ovalis, c'est plutôt par sa forme un peu plus rétrécie en arrière, par ses aires ambulacraires moins larges, et par ses zones porifères paraissant plus inégales. Ce sont là des différences de peu d'importance, et il est probable qu'il y aura lieu de réunir les deux espèces sous le nom plus ancien d'ovalis.

     Localités. - Saint-Estèphe, Vertheuil, le Parc, Assenson, Peyrat, Aillan, Troupeau, Marmisson, Moulis, Saint-Seurin-de-Cadourne (carrière du Trolle), Saint-Seurin de Cursac, Tromploux au nord de Pauillac, Entre-deux-Monts près Marcamps, Civrac près de Lesparre, Plassac sur la rive droite de la Gironde, Cars, Saint-Paul et sur les plateaux des environs de Blaye (Gironde). Très abondant. Eocène moyen.

     Ecole des mines de Paris, musée de Bordeaux (coll. des Moulins), Faculté des sciences de Bordeaux (M. Croizier), coll. de la Sorbonne, institut catholique, Faculté des sciences de Nancy (coll. Delbos), coll. Linder, Raulin, Daleau, Degrange-Touzin, Boreau, Gauthier, Caziot, Balguerie, Peron, Cotteau.

     Localité autre que la France. - Callosa, Espagne.

     Explication des figures. - Pl. 216, fig. 1, E. ovalis, de la collection de M. Degrange-Touzin, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, autre exemplaire, de la même collection, vu de côté ; fig. 4, face inférieure. - Pl. 217, fig. 1, autre exemplaire de taille moins forte, de ma collection, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4, appareil apical grossi ; fig. 5, pores ambulacraires grossis ; fig. 6, tubercules grossis ; fig. 7, autre exemplaire, de petite taille, de ma collection, vu de côté ; fig. 8, face supérieure ; fig. 9, face inférieure : tous ces exemplaires recueillis sur la commune de Vertheuil.

 

Extrait planches 216 et 217

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) ovalis (Bory de St Vincent, 1824) - Bartonien, Médoc, France, 42 mm, ♀

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) ovalis (Bory de St Vincent, 1824) -  Gironde, France, 48 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) ovalis (Bory de St Vincent, 1824) - Bartonien, Médoc, France, 47 mm, ♂

 
 

Echinolampas (Echinolampas) ovalis (Bory de St Vincent, 1824) - Eocène supérieur, Médoc, France, 38 mm

exemplaire tératologique avec 4 ambulacres

 

 

 

Echinolampas (Echinolampas) politus (Lamarck,1816)

 

diagnose originale de l'espèce par Lamarck, 1816

Histoire naturelle des animaux sans vertèbres

8. Clypéastre uni, Clypeaster politus.

     Cl. ovatus, inflatus, laevis ; ambulacris quinque longis, angustis, apice disjunctis.

     * Deslongch. Encycl. méth. t. 2, p. 200.

     * Defrance. Dict. sc. nat. t. 9. p. 451.

     * Echinolampas polita. Agassiz. Prodr. échin. I. p. 187.

     * Desmoulins. Echin. p. 348.

 

     Habite.... Fossile de Sienne, rapporté d'Italie par M. Cuvier. Il est oviforme, enflé, un peu plus gros qu'un oeur ordinaire.

     [M. Desmoulins réunit à cette espèce le Clypeaster ellipticus. Goldf. Petr. p. 135, pl. 42. f. 8.]

 

 

 

 

Echinolampas (Echinolampas) politus (Lamarck,1816), Oligocène, Villajoyosa, Alicante, Espagne, 50 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) posterocrassa (Gregory,1890)

 

diagnose originale de l'espèce par Gregory

Some additions to the Australian tertiary echinoidea, p.483

      Echinolampas posterocrassus, sp. nov. Pl. XIII. Figs. 4-6.

     Form a depressed rounded pentagon : sides tumid. Apex a little behind the calycinal system ; anterior slope gentle.

     Apical system precentral ; basal pores large : those of the posterior pair the further apart.

     Ambulacra long, narrow : slightly petaloid but almost parallel : open below. The pore pairs of the anterior pair slightly unequal. Those of the posterior pair markedly so.

     Mouth anterior : inthe highest part of the actinal depression : pentagonal : phyllodes very rudimentary.

     Anus triangular : infra-marginal.

   

 

 

     This species belongs to the group of Echinolampads of which E. similis, Ag., may be taken as the type. It differs from this by its greater proportional breadth, and the greater inequality of the poriferous zones in each of the posterior petals. It can be easily distinguished from other Australian species of this genus by its depressed form and the marked inequality in the length of the poriferous zones of the petaloid portions of the posterior ambulacra. Its general form reminds one of Echinolampas dispar, Fritsch, from the Eocene of Borneo ; from this it differs in that the mouth is more excentric in position, the anus is triangular (instead of round as in the Malaysian species), and in the latter the posterior part of the test is much wider than the anterior.

Planche XIII extrait

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) posterocrassa (Gregory,1890) - Eocène supérieur, Tortachilla limestone, Australie du Sud, 40mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) posterolata Gregory,1891

 

description de l'espèce par Wright, 1864

On the fossil Echinidae of Malta, p.481

sous le nom de Echinolampas scutiformis

17. ECHINOLAMPAS SCUTIFORMIS, Leske. Pl. XXI. fig. 4 a, 4 b.

   

     Test large, oval, wider behind than before ; upper surface convex, subconical ; ambulacral summit excentral ; petaloid ambulacra equal in width, extending over more than half of the dorsum ; sides inflated ; border rounded ; base convex at the sides, concave towards the mouth-opening.

     Dimensions.—Length 3-T0 inches ; width 311einches; height 1-po-inch.

     Description.—This is a rare Urchin at Malta, and is found only in the lover bed No. 5, associated with Scutella subrotunda. The test is oblong, rather wider behind, and slightly produced anteriorly and posteriorly. The petaloid ambulacra are nearly uniform in width, and extend over more than one-half of the upper surface ; the poriferous zones are narrow and unequal in length in the same ambulacra ; the pairs of pores are oblique ; the outer series arc round, suit like the inner, and the connecting sulci are very distinct. The apical disk is small and a little excentral ; the genital plates are small, and concealed by the spongy madreporiform body which eovers th.em ; the sides are tumid, the margin is much rounded, and the outer side of the base convex, bccoming concave towards the mouth. The vent is wide, transversely oblong, and closely inframarginal. The peristome lies in a depression opposite the disk, but is unfortunately concealed by hard matrix.

     Affinities and differences.—The oblong form, tumid sides, and shorter ambulacra distinguish this species from E. hemisphcericus. The convexity of the base, and equality in the width of the ambulacra, afford likewise good eharacters by which these two allied species may be distinguished from each other.

 

     Stratigraphical position.—(" This species is not at all uncommon in bed No. 5, but, from the hardness of the rock, is by no means easily extracted. I have often seen it, associated with Scutella subrotunda." A. L. A.) It is found in the Molasse (Miocene) of several departments in France, and in the Canton of Neufchâtel, Switzerland.

     Collections.—Museum of the Geological Society ; my cabinet.

    

Planche XXI extrait

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) posterolata Gregory,1891  -  Basal Middle Globigerina Limestone, 

Blata-i-Bajda,  Pte W. St Paul's Bay, Malte, 45 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) posterolata Gregory,1891 - Upper Globigerina Limestone, Malte, 45 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) pyguroides Pomel,1888

 

diagnose originale de l'espèce par Pomel, 1888

Description des animaux fossiles de l'Algérie - Zoophytes, p.168

ECHINOLAMPAS PYGUROIDES

B. Pl.VI, fig. 1 à 3.

   

     Très grand oursin discoïde subpentagonal, longuement atténué vers le bord antérieur un peu tronqué, très brièvement à l'arrière angulairement rostre. Face supérieure convexe, retombant plus fortement sur les côtés, plus gibbeuse et subcarénée sur l'interambulacre postérieur. Face inférieure régulièrement et faiblement dépri­mée dans toute son étendue, à peine pulvinée sur les côtés avec faible gibbosité angulaire vers le milieu des zones postérieures des interambulacres latéraux, où se trouve la plus grande largeur de l'oursin.  

     Apex excentrique en avant, 46/100, un peu en avant du point culminant dans les sujets non déformés, à fleur, assez grand avec 4 pores génitaux dans le bord du madréporide. Pétales longuement lancéolés à fleur de test, longs et descendant jusqu'à 2 centimètres du bord, l'impair plus étroit un peu irrégulier, ayant un centimètre de largeur dont 7" pour la zone interporifère, les pairs larges de 14" dont 11 pour la zone interporifère, sont assez fortement contractés vers l'extrémité ouverte et au delà la zone ambulacraire s'élargit de nouveau vers la marge; les antérieurs un peu plus courts ont la zone porifère antérieure moins longue de 4 à 5 zygopores, et se courbent sensiblement en avant; les postérieurs plus divergents en arrière ont, au contraire de la règle, leur zone postérieure plus longue que l'antérieure de 4 à 5 paires de pores. Les zones porifères sont presque à fleur et forment un très léger sillon ; elles sont étroites à pores extérieurs ovales, bien conjugués, leurs paires étant très rapprochées. Péristome à fleur dans la dépression, à peine excentrique en

 

avant, assez grand, subpentagonal transverse (un peu plus que dans la figure) à sinus bien nets, avec phyllodes peu élargis mais bien marqués par leurs pores dédoublés et entassés, séparés par de très larges bourrelets tronqués et assez saillants. Périprocte infra-marginal, elliptique en travers, assez grand (plus que dans le dessin), à bord un peu rentrant et échancrant un peu la marge. Tubercules petits, très rapprochés partout, ceux des ambulacres formant des séries transverses de 10 à 12. Un de nos exemplaires est plus large et moins atténué en avant ; sa face inférieure est très peu déprimée et sa hauteur moindre ; il a été visiblement déformé et un peu étalé par compression; son péristome a 14 millimètres de large et 10 de long et son périprocte bien entier a 15 millimètres de largeur. L'autre est plus convexe en dessus à l'arrière, plus creux en dessous par suite d'un léger refoulement latéral qui a rétréci le péristome et le .périprocte; c'est ce dernier qui a servi de type au dessin. Je ne connais aucune espèce avec laquelle celle-ci puisse être confondue.

.Terrain cartennien : Ouillis (Dahra); Camp-du-Maréchal (Kabylie).

    

Planche VI extrait

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) pyguroides Pomel,1888 - Serravalien, Séville, Espagne, 150 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) scutiformis Desmoulins,1837

 

diagnose originale de l'espèce par Desmoulins, 1837

Troisième mémoire sur les échinides, p.(76)

Clypeaster scutiformis. Lam. n.°4. - E. Desl. Enc. t. 2. p. 199. n.°4. - Enc. pl. 147. f. 3, 4. - Lamour. Dict. class. t. 4. p. 237. - Blainv. Zooph. p. 197. - Agass. Prodr. Ech. p. 20.

Clypeaster sentiformis (part erreur typogaphique.) Blainv. Dict. sc. nat. t. 9. p. 449.

 

Echinolampas (Echinolampas) scutiformis Desmoulins,1837, Oligocène, Alicante, Espagne, 38 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) silensis Desor in de Loriol,1875

 

diagnose originale de l'espèce par Desor in de Loriol, 1875

Description des échinides tertiaires de la Suisse, partie 2, p. 73

Echinolampas silensis, Desor.
Pl. X, fig. 1-4.


synonymie

   

 

dimensions

Longueur..................................................

.................  27 mm. à 46 mm.

Largeur par rapport à la longueur.

............................ 0,80

Épaisseur...... ..........................................

 ........................ 0,51    à   0,55

 

     Forme ovale, allongée, arrondie en avant, un peu élargie vers le tiers postérieur, rétrécie et nettement rostrée en arrière. Face supérieure assez renflée, mais faiblement convexe ; dans le profil là courbure s'abaisse graduellement en avant à partir du sommet ambulacraire, elle a souvent une tendance à se relever eu arrière dans l'aire interambulacraire postérieure impaire qui est toujours distinctement renflée; souvent aussi la courbure, dans le profil, est presque uniforme. Face inférieure très pulvinée; l'évasement péristomal est assez profond, mais peu étendu. Pourtour épais et renflé. Le rostre postérieur est toujours bien accusé ; il est parfois très prononcé, surtout dans les grands exemplaires, mais l'est bien moins (huis d'autres individus ; le renflement de l'aire interambulacraire impaire contribue beaucoup à le rendre sensible.

     Sommet ambulacraire très excentrique en avant; il est situé aux 0,32 de la longueur totale.

     Ambulacres très inégaux, étroits. Les antérieurs pairs sont beaucoup plus courts que les postérieurs ; leurs zones porifères antérieures sont notablement plus courtes que les postérieures et moins infléchies, presque droites. L'ambulacre, impair est à peu près de la même longueur' que les autres. Les ambulacres postérieurs sont assez fermés. En général les zones porifères sont légèrement enfoncées et leur largeur égale environ la moitié de celle de l'espace interporifère.

     Appareil apicial comme dans les autres espèces du genre.

     Péristome peu excentrique en avant, pentagonal, transverse, étroit ; le floscelle est très peu accusé.

     Périprocte ovale, transverse, toril à fait, rapproché du bord postérieur.

     Tubercules très petits, homogènes, entourés de scrobicules profonds qui sont séparés à la face supérieure par des espaces à peu près aussi larges qu'eux-mêmes, couverts d'une granulation très fine. A la face inférieure, les tubercules sont un peu plus gros qu'à la face supérieure.

 

     Rapports et différences. L'espèce bien caractéristique qui vient d'être décrite a été distinguée pour la première lois par M. Desor, et étiquetée du nom que je lui conserve dans la collection du Musée de Zurich, qui en possède de nombreux exemplaires. Elle se rapprocherait un peu de l'Echinol. ellipsoidalis d'Archiac par sa forme et ses ambulacres, mais elle est bien moins renflée, plus rostrée, et son bord antérieur n'est nullement rentrant. Sous le nom de Echinol. globulus, M. Laube a décrit une espèce du Vicentin qui ressemble beaucoup à l'Echinol. ellipsoidalis, mais tue parait toutefois s'en éloigner par ses ambulacres relativement plus larges et plus courts: il se distingue de l'Echinol. silensis par sa forme beaucoup plus haute, sa face antérieure rentrante, son rostre moins prononcé et moins détaché, son ensemble plus cylindroïde et sa face inférieure moins pulvi­née, presque plane. L'Echinol. subsimilis d'Arch. est plus orbiculaire et moins rostré. On peut en dire autant de l'Echinol. matheroni dont les pétales sont renflés. L'Echin. Escheri est moins étroit, moins rostré, ses ambulacres sont plus larges et plus longs. L'Echinol. subcylindricus, du reste bien voisin, est plus ovoïde, plus épais, plus acuminé en arrière, sans être positivement rostré.

     Localités. Blang, Stceckweid, Gitzlischrcetli, Altenblangg, Hohgutsch, Sauerbrun­nen, environs d'Yberg (Sclnvytz). — FaAmern (Appenzell). — Weesen, Fliegenspitz (St-Gall), Le Musée de Zurich en possède aussi des échantillons du Griinten près Sonthofen (Bavière).

     Éocène. Nummulitique. Parisien I.

Extrait planche X

 

       

 

 

Echinolampas (Echinolampas) silensis Desor in de Loriol,1875 - Eocène inférieur, Aspe, Alicante, Espagne, 31 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) similis aGASSIZ, 1840

 

description de l'espèce par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.73

N° 185. - Echinolampas similis, Agassiz, 1840.

Pl. 223, fig. 4-6, pl. 224 et 235.

   

     49.

      Espèce de taille moyenne, subcirculaire, arrondie en avant, à peine rétrécie en arrière. Face supérieure sub-déprimée, médiocrement et uniformément bombée, quelquefois un peu élevée dans la région antérieure, toujours épaisse sur les bords. Face inférieure presque plane, légèrement pulvinée, très peu déprimée autour du péristome. Sommet ambulacraire subexcentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, longues, à peine effilées, très ouvertes à leur extrémité, un peu renflées, inégales, l'aire ambulacraire impaire plus droite et plus étroite que les autres. Aires ambulacraires paires antérieures divergentes, un peu arrondies, moins longues que les aires postérieures, qui sont plus droites et forment, à leur partie supérieure, un angle plus aigu. Zones porifères assez larges, déprimées, composées de pores inégaux, les internes arrondis, les externes un peu allongés, virgulaires, unis par un sillon profond, disposés par paires obliques que sépare une petite côte saillante et granuleuse. Dans l'aire ambulacraire impaire, les deux zones porifères paraissent, chez tous nos exemplaires, de même étendue ou à peu près. Dans les aires ambulacraires paires antérieures et postérieures, il existe, entre les deux zones porifères, une différence plus sensible, surtout dans les aires paires antérieures, différence qui varie un peu suivant les individus. Zone interporifère plus ou moins large, un peu renflée, occupant un espace double au moins et quelquefois triple de chacune des zones porifères. Tubercules petits, scrobiculés, homogènes, partout serrés, mais surtout vers l'ambitus et dans la région inframarginale, un peu plus gros et plus écartés aux approches du péristome. Granulation intermédiaire fine, abondante, homogène. L'aire interambulacraire impaire présente, à la face inférieure, les traces très apparentes d'une bande longitudinale, granuleuse, irrégulière, subsinueuse et en partie dépourvue de tubercules. Sur quelques exemplaires cependant cette bande n'existe pas, et les tubercules ne font défaut nulle part. Il en résulte la preuve que ce caractère, toujours constant et beaucoup plus accentué dans les espèces des genres Pygorhynchus et Cassidulus, a une importance bien moindre chez les Echinolampas. Péristome excentrique en avant, subpentagonal, transverse, relativement petit, presque à fleur de test, muni d'un floscelle apparent. Périprocte subtriangulaire, transverse, placé très près du bord postérieur. Appareil apical subpentagonal, granuleux ; plaque madréporiforme étendue, saillante, pourvue de quatre pores génitaux bien ouverts, placés aux angles de la plaque, les deux pores antérieurs plus rapprochés que les deux autres ; plaques ocellaires très petites, finement perforées.

     Cette espèce varie beaucoup dans sa forme et dans quelques-uns de ses caractères. Le type (E. similis, moule 49) est remarquable par sa forme ovale, dilatée, un peu rétrécie en arrière, régulièrement bombée en dessus, et se réunit par des passages insensibles aux exemplaires nettement circulaires qu'on a rapportés longtemps à l'E. affinis, et que M. Mathéron a désignés sous le nom de girondicus. La face supérieure est tantôt tout à fait déprimée, tantôt épaisse et renflée, notamment dans la région postérieure. les zones interporifères, un peu bombées, sont plus ou moins larges, plus ou moins pétaloïdes. Dans certains exemplaires, c'est à peine si elles occupent la place de deux zones porifères, tandis que, chez d'autres individus, elles dépassent la largeur de trois zones porifères. Le péristome est subpentagonal, un peu transverse ; parfois cependant il est nettement pentagonal ou bien affecte une forme elliptique. Comme nous le disions plus haut, l'aire interambulacraire impaire ne présente pas toujours, à la face inférieure, les traces d'une bande lisse dépourvue de tubercules. Malgré ces différences, tous ces exemplaires, qu'on rencontre aux environs de Blaye, au même niveau et dans la même carrière, présentent un grand nombre de caractères communs qui ne permettent pas de les séparer.

     Exemplaire type de l'espèce : hauteur, 25 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 55 millimètres ; diamètre transversal, 48 millimètres.

     Exemplaire type de la var. girondica : hauteur, 25 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 50 millimètres et demi ; diamètre transversal, 48 millimètres.

     Variété de grande taille et déprimée : hauteur, 24 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 59 millimètres ; diamètre transversal, 58 millimètres.

     Variété allongée : hauteur, 24 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 50 millimètres et demi ; diamètre transversal, 44 millimètres.

 

     Variété à aires ambulacraires étroites et à péristome elliptique : hauteur, 20 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 41 millimètres ; diamètre transversal, 39 millimètres.

     Rapports et différences. - Cette espèce offre quelque ressemblance avec l'E. ovalis : elle s'en distingue d'une manière positive par sa forme moins allongée, moins régulièrement ovale et surtout par ses aires ambulacraires moins larges, moins renflées, moins pétaloïdes. L'E. similis, en y réunissant, comme nous venons de le faire, l'E. girondicus Mathéron, présente beaucoup plus de rapports avec l'E. affinis, qui nous a paru, cependant en différer par sa forme plus déprimée, par ses aires ambulacraires moins renflées, par ses zones porifères plus étroites et moins creusées, par sa face inférieure moins plane et plus sensiblement déprimée aux approches du péristome, par son périprocte moins marginal et toujours séparé du bord postérieur par une petite bande de test, tandis que, dans l'E. similis, comme dans l'E. ovalis, il est tout à fait marginal.

     Histoire. - Il a existé longtemps, relativement à cette espèce mentionnée pour la première fois en 1840, une grande confusion provenant de ce que, dans l'origine, Agassiz a réuni, sous ce même nom de similis, deux espèces différences, l'une du bassin parisien, indiquée comme recueillie à Grignon, et qui n'est qu'une variété de l'E. calvimontanus ; l'autre (moule 49) rencontrée dans le bassin de la Gironde, et constituant une espèce particulière à laquelle revient nécessairement le nom de similis. Plus tard, Agassiz et Desor, dans le Catalogue raisonné des Echinides, d'Orbigny, dans le Prodrome, dans la Revue zoologique et la Paléontologie française, Desor, dans le Synopsis des Echinides fossiles, en maintenant, sous le nom de similis, et l'espèce de Grignon et celle de Blaye, ont contribué à entretenir cette erreur, que la distinction que nous venons d'établir va enfin faire cesser. Une autre circonstance a encore augmenté cette confusion. L'espèce que nous considérons aujourd'hui comme l'E. similis type, a été par erreur, sous le nom d'E. affinis, successivement réuni à l'E. affinis (E. calvimontanus), du bassin parisien et au véritable E. affinis, Goldfuss, du nord de la France et de la Belgique. En retrouvant à l'Ecole des mines l'exemplaire type recueilli à Plassac, qui avait servi à Agassiz à établir l'E. similis, nous avons pu rendre à l'espèce de la Gironde sa véritable dénomination, et en même temps nous avons reconnu que l'E. girondicus, que M. Mathéron avait séparé avec raison des espèces du bassin parisien et du nord de la France, n'était qu'une variété plus circulaire et à aires ambulacraires plus larges de l'E. similis, avec lequel on la rencontre associée.

     Localités. - Plassac près Blaye, les Cones Augereau près Plassac, Christoly (carrières de Conques), sondage de Brandenbourg près Bruges (Linder) (Gironde). Commun. Eocène moyen.

     Ecole des mines de Paris (type, coll. Michelin), Faculté des sciences de Bordeaux (coll. Croizier), collection Hébert, Degrange-Touzin, Linder, Deserces, Daleau, Boreau, Raulin, Gauthier, Lambert, Cotteau, etc.

     Explication des figures. - Pl. 223, fig. 4, E. similis var. girondica, de ma collection, vu de côté ; fig. 5 face, supérieure ; fig. 6, appareil apical et aire ambulacraire, grossis. - Pl. 224, E. similis, type de l'espèce, de l'Ecole des mines de Paris, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4, péristome grossi ; fig. 5, tubercules et granules pris sur la face supérieure, grossis ; fig. 6, portion de la bande longitudinale traversant, à la face inférieure, l'aire interambulacraire postérieure, grossie. - Pl. 225, fig. 1, exemplaire de grande taille, var. girondica, de Plassac, de la collection de M. Daleau, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, exemplaire allongé, de Plassac, de la collection de M. Daleau, vu sur la face supérieure ; fig. 4, autre exemplaire de Plassac, de la coll. Daleau, vu sur la face supérieure (un des pores génitaux est atrophié).

Extrait planches 223, 224 et 225

 

   

 

 

Echinolampas (Echinolampas) similis aGASSIZ, 1840 - Eocène supérieur, Priabonien, Nogarole, Vénétie, Italie, 86 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) stellifera (Lamarck,1816)

 

description de l'espèce par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.58

N° 180. - Echinolampas stelliferus (Lamarck), Des Moulins, 1836.

Pl. 218 et 219.

     

R. 75.

     Espèce de taille moyenne, un peu allongée, arrondie en avant, légèrement rétrécie en arrière. Face supérieure très haute, subsonique dans la région antérieure, obliquement déclive en arrière, ayant sa plus grande élévation au point qui correspond au sommet ambulacraire. Face inférieure plane, arrondie et subpulvinée sur les bords, à peine un peu déprimée aux approches du péristome. Sommet ambulacraire excentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, renflées en forme de côtes, longues, ouvertes à leur extrémité, inégales, l'aire impaire plus droite, plus étroite que les autres. Aires ambulacraires paires antérieures un peu recourbées, divergentes, plus courtes que les aires postérieures qui sont droites, descendent très bas et forment à leur extrémité supérieure un angle plus aigu. Zones porifères déprimées, assez larges, composées de pores inégaux, les internes arrondis, les pores externes allongés, subvirgulaires, unis par un sillon, disposés par paires obliques que sépare une côte saillante et granuleuse. Dans l'aire ambulacraire impaire, les zones porifères sont à peu près égales entre elles, mais dans les aires ambulacraires paires antérieures, la différence est très sensible, et la zone porifère placée en avant est de huit ou neuf paires plus courte que l'autre. Dans les aires ambulacraires paires postérieures, qui sont relativement très longues, les deux zones sont à peu près d'égale étendue, et c'est à peine si la zone placée en arrière compte deux ou trois paires de pores de moins. Tubercules petits, abondants, homogènes, plus serrés vers l'ambitus et dans la région inframarginale, un peu plus gros et plus espacés aux approches du péristome ; granulation intermédiaire fine et homogène. L'aire interambulacraire postérieure présente, à la face inférieure, au milieu des tubercules, une bande longitudinale et granuleuse bien apparente, disparaissant avant d'arriver au périprocte. Péristome excentrique en avant, pentagonal, transverse, muni d'un floscelle peu prononcé, mais bien distinct. Périprocte subtriangulaire, transverse, superficiel, placé très près du bord. Appareil apical subpentagonal, granuleux ; plaque madréporiforme saillante, bien développée, pourvue de quatre pores génitaux très ouverts, placés aux angles- externes, sur la plaque elle-même, à peu près à égale distance les uns des autres, les deux antérieurs, cependant, toujours un peu plus rapprochés.

     Cette espèce, remarquable par ses aires ambulacraires saillantes et ressemblant à de petites côtes, varie un peu dans sa forme plus ou moins allongée, dans sa face supérieure plus ou moins élevée et conique. Chez les individus jeunes, les aires ambulacraires sont plus étroites, moins longues, mais elles n'en sont pas moins saillantes. L'appareil apical, dans l'exemplaire admirablement conservé que nous avons décrit et figuré, ne présente que trois pores génitaux au lieu de quatre ; le pore génital antérieur de gauche 'n'existe pas. C'est un cas pathologique exceptionnel, qui ne se reproduit chez aucun autre de nos nombreux exemplaires, et par cela même n'a pas d'importance.

     Exemplaire de taille moyenne : hauteur, 35 millimètres : diamètre antéro-postérieur, 51 millimètres ; diamètre transversal, 45 millimètres.

     Exemplaire de très grande taille : hauteur, 40 milli­mètres; diamètre antéro-postérieur, 55 millimètres; dia­mètre transversal, 50 millimètres.

 

     Variété de petite taille et  allongée : hauteur, 26 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 43 millimètres ; diamètre transversal, 35 millimètres.

     Individu jeune et déprimé : hauteur, 19 millimètres; diamètre antéro-postérieur, 35. millimètres ; diamètre transversal, 32 millimètres.

     RAPPORTS ET DIFFÉRENCES. - Cette espèce est assuré-nient une des mieux caractérisées du genre Echinolampas ; elle sera toujours reconnaissable à sa forme ramassée, un peu plus longue que large, arrondie en avant et un peu rétrécie en arrière ; à sa face supérieure très renflée, le plus souvent subconiqne, et surtout à ses aires ambulacraires toujours saillantes en forme de côtes, relativement étroites et allongées. Dans l'E. similis qui s'en rapproche un peu, la forme est moins trapue, la face supérieure

moins élevée et les aires ambulacraires beaucoup moins proéminentes.

     HISTOIRE. - Très anciennement connue, l'espèce qui nous occupe a été désignée, dès 1816, par Lamarck sous le nom de Clyp. stelliferus. En 1826, Goldfuss décrit et figure cette même espèce et lui donne le nom de fornicatus. Des Moulins, qui le premier a reconnu l'identité des deux types, la désigne sous le nom d'E. stelliferus, qu'elle a conservé depuis. En 1840, Agassiz, dans le Catalogus systematicus, attribue à tort à une espèce toute différente cette dénomination de stelliferus qu'il est forcé d'abandonner quelques', années plus tard, dans le Calalogue raisonné des Échinides.

     LOCALITÉ. - Blaye (carrière de la Citadelle) (Gironde). 'Près abondant. Éocène moyen. Toutes les collections.

     LOCALITÉS AUTRES QUE LA FRANCE. - Grès marneux de Munster, en Westphalie.

     EXPLICATION DES FIGURES. - PI. 218, fig. 1, E. stelliferus, de Blaye, de ma collection, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4, pores ambulacraires et tubercules, grossis ; fig. 5, appareil apical et aire ambulacraire, grossis ; fig. 6, autre exemplaire, variété plus allongée, de ma collection, vu de côté. - Pl. 219, fig. 1, exemplaire de grande taille et très élevé, de la coll. de M. Daleau, vu de côté ; fig. 2, exemplaire beaucoup plus petit, à aires ambulacraires plus étroites, de la Faculté des :sciences de Nancy, de la coll. Delbos, Nu de côté ; fig. 3, face supérieure ; fig. 4, face inférieure; fig. 5, appareil apical et aire ambulacraire impaire, grossis; fig. 7, péristome grossi ; fig. 8, bande longitudinale granuleuse de la face inférieure, grossie.

Extrait planches 218 & 219

 

     

 

  Echinolampas (Echinolampas) stellifera (Lamarck,1816)  - Eocène supérieur, Blaye, Gironde, 46 mm  
 

Echinolampas (Echinolampas) subsimilis d'Archiac, 1846 spp. touzini Cotteau 1889-94

 

description de l'espèce associée à l'épithète subspécifique par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.88

N° 189. - Echinolampas subsimilis, d'Archiac, 1846.

Pl. 228, fig. 5, pl. 229 et 230.

   

      Espèce de taille assez grande, un peu allongée, subpentagonale, arrondie en avant, étroite et subrostrée en arrière. Face supérieure renflée, quelquefois subconique, ayant sa plus grande épaisseur un peu en arrière de l'appareil apical, rapidement déclive en avant et sur les côtés, plus oblique dans la région postérieure. Face inférieure arrondie sur les bords, pulvinée, fortement déprimée autour du péristome. Sommet ambulacraire excentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, assez larges, un peu effilées, et cependant très ouvertes à l'extrémité, inégales, l'aire ambulacraire antérieure plus droite, moins large et plus courte que les autres. Aires ambulacraires paires antérieures divergentes, arrondies, moins développées que les aires postérieures, qui sont plus droites, plus allongées, plus rapprochées et forment au sommet un angle plus aigu. Zones porifères assez étroites, un peu déprimées, formées de pores inégaux, les internes arrondis, les externes plus allongés, subvirgulaires, unis par un sillon , disposés par paires transverses, alternant avec de petites côtes granuleuses. Dans l'aire ambulacraire impaire, les zones porifères sont presque égales, mais il n'en est pas de même dans les aires ambulacraires paires. Dans les aires antérieures notamment, la différence est souvent très sensible : chez certains exemplaires, la zone placée en avant présente quelquefois douze ou quatorze paires de moins, mais ce nombre varie suivant les individus et se réduit à six ou sept. Dans les aires postérieures, la différence entre les deux zones est toujours moins prononcée. Zone interporifère assez large, subcostulée. Tubercules petits, serrés, scrobiculés, plus espacés et augmentant un peu de volume aux approches du péristome ; granulation intermédiaire fine, abondante, homogène, disposée en cercle autour des tubercules les plus espacés. L'aire interambulacraire impaire présente, à la face inférieure, les traces d'une bande longitudinale dépourvue de tubercules et couverte de granules inégaux, épars, espacés. Péristome subpentagonal, transverse, largement ouvert, placé dans une dépression profonde, entouré d'un floscelle peu apparent. Périprocte elliptique, subtriangulaire, inframarginal, à fleur de test, rapproché du bord, mais ne l'entamant pas. Appareil apical relativement peu développé, muni de quatre pores génitaux s'ouvrant sur la plaque madréporiforme, les deux pores antérieurs plus rapprochés que les deux autres ; cinq petites plaques ocellaires distinctes placées au sommet des aires ambulacraires.

     Nous rapportons à cette espèce les exemplaires assez nombreux qu'on rencontre aux environs de Pauillac, de Vertheuil et surtout au Meynieu dans la couche éocène supérieure à Anomia girundica. Leur taille, leur forme générale subpentagonale, arrondie en avant, subrostrée en arrière et plus ou moins élevée en dessus, la disposition de leurs aires ambulacraires, leur face inférieure pulvinée sur les bords et déprimée autour du péristome, la grandeur de leur périprocte placé à la face inférieure, mais très près du bord, ne permettent pas de les séparer des exemplaires de Biarritz. Les uns et les autres présentent des variations assez importantes : la face supérieure, le plus souvent élevée et subconique, dans certains exemplaires, s'abaisse insensiblement et devient plane, tout en étant épaisse et renflée sur les bords ; les aires ambulacraires sont plus ou moins larges, plus ou moins sensiblement costulées ; les tubercules près du péristome, ordinairement assez espacés, le sont quelquefois beaucoup moins, et la bande longitudinale qui partage l'aire interambulaire (sic) postérieure disparaît alors presque complètement.

     Nous connaissons cette espèce à différents âges : chez les individus de petite taille, la forme paraît plus surbaissée, la face inférieure moins creusée, les aires ambulacraires plus courtes et plus larges, le périprocte plus marginal.

     Individu de grande taille, de Biarritz : hauteur, 31 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 63 millimètres ; diamètre transversal, 54 millimètres.

     individu de taille moyenne, de Biarritz : hauteur 27 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 49 millimètres ; diamètre transversal, 39 millimètres.

 

     Individu de taille moyenne, du Meynieu : hauteur 25 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 51 millimètres et demi ; diamètre transversal, 47 millimètres.   

     Individu déprimé, du Meynieu : hauteur, 23 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 52 millimètres ; diamètre transversal, 48 millimètres.

     Rapports et différences. - l'E. subsimilis, en y réunissant les différentes variétés que nous venons d'indiquer, est bien caractérisé par sa forme subpentagonale, arrondie en avant, subrostrée en arrière, plus ou moins élevée en dessus, mais toujours fortement concave à la face inférieure, aux approches du péristome ; par son sommet excentrique en avant, par ses aires ambulacraires médiocrement développées et un peu costulées, par la grandeur de son péristome et surtout de son périprocte. Sa forme générale le rapproche un peu de certaines variétés de grande taille de l'E. calvimontanus, du bassin de Paris ; il s'en distingue par son aspect plus pentagonal, sa face supérieure plus élevée, ses aires ambulacraires plus larges et à zones porifères plus inégales, par son péristome s'ouvrant dans une dépression plus profonde, par son périprocte plus largement développé. Ce sont deux types bien différents et qu'il nous paraît impossible de confondre.

     Histoire. - D'Archiac a, pour la première fois en 1848, décrit et figuré cette espèce sous le nom d'E. subsimilis, qui a été conservé. L'exemplaire type provenait de Biarritz, et, malgré sa taille, présente bien les caractères de l'espèce. - En 1870, d'Archiac réunit à tort à l'E. subsimilis de Biarritz un exemplaire du terrain nummulitique de Saint-Palais, appartenant à une espèce toute différente, que nous avons décrite et figurée plus tard, dans nos Echinides de Saint-Palais, sous le nom d'E. Archiaci. Nous avons rapporté à l'E. subsimilis les exemplaires assez nombreux qu'on rencontre au Meynieu, dans la Gironde, que M. Benoist, dans son intéressant mémoire sur la géologie et la paléonthologie (sic) des communes de  Saint-Estèphe et de Vertheuil, a considérés comme une variété de l'E. Blainvillei.

     Localités. - Lou Cout, au pied du phare, Roche Percée près Biarritz (Basses-Pyrénées). Assez rare. Zone à Euspatangus ornatus. - Pauillac, Meynieu, ruisseau de Coursegoule, Pibran, Begadan (Gironde). Assez commun. Zone à Anomia girundica. Eocène supérieur.

     Ecole des mines de Paris (M. Jacquot), Institut catholique (Tournouër) ; coll. Pellat, comte de Bouillé, Boreau, Degrange-Touzin, Deserces, FAculté des sciences de Bordeaux (M. Croizier), Daleau, Cotteau.

     Localités autres que la France. - Cornedo, Monte della Carniole (Vicentin) ; Gherdosella, Pinguente (Istrie).

     Explication des figures. - Pl. 228, fig. 5, E. subsimilis, de grande taille, de la Roche Percée près Biarritz, de la collection du comte de Bouillé, vu de côté. - Pl. 229, fig. 1, E. subsimilis, de taille moyenne, de la Roche Percée, de la coll. de M. Boreau, vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4 tubercules grossis, pris sur la face supérieure ; fig. 5, tubercules grossis, pris sur la face inférieur, aux approches du péristome ; fig. 6, individu plus jeune, de la même localité, de la coll. du comte de Bouillé, vu de côté. - Pl. 231, fig. 1, E. subsimilis, de l'Eocène supérieur du Meynieu, de ma collection (M. Croizier), vu de côté ; fig. 2, face supérieure ; fig. 3, face inférieure ; fiag. 4, pores ambulacraires, pris à la face supérieure, grossis ; fig. 5, phyllode grossi, montrant le petit nombre de pores ambulacraires ; fig. 6, autre exemplaire, variété déprimée, de la même localité, de la collection de M. Deserces, vu de côté.

Extrait planches 228, 229 et 230

 

   

 

diagnose originale du taxon considéré comme subspécifique de nos jours, par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.735

N° 368. - Echinolampas Touzini, Cotteau, 1894.

Pl. 378, fig. 4-6.

 

      Espèce de taille moyenne, subcirculaire, un peu plus longue que large, arrondie en avant, légèrement rétrécie en arrière. Face supérieure peu élevée, régulièrement bombée. Face inférieure renflée sur les bords, presque plane, subdéprimée autour du péristome. Sommet ambulacraire excentrique en avant. Aires ambulacraires larges, pétaloïdes, effilées et ouvertes à l'extrémité, inégales, l'aire antérieure plus courte et plus étroite que les autres, les aires postérieures sensiblement plus longues que les aires antérieures paires, qui sont plus divergentes, presque transverses, tandis que les aires postérieures, plus rapprochées, forment un angle plus aigu. Zones porifères à fleur de test, assez larges, composées de pores inégaux, unis par un sillon, disposés par paires obliques. Dans l'aires ambulacraire impaire, les zones porifères sont à peu près de même longueur, mais il en est autrement dans les aires ambulacraires paires : dans les aires antérieures notamment, la zone placée en avant présente onze ou douze paires de pores de plus : dans les zones paires postérieures, la différence entre les paires de pores est moins grande, mais encore très sensible, et la zone porifère interne offre quatre ou cinq paires de moins. Zone interporifère relativement large, rétrécie à l'extrémité, à fleur de test. Tubercules petits, serrés, scrobiculés, plus espacés et augmentant un peu de volume aux approches du péristome. Granulation intermédiaire fine, abondante, homogène. L'aire interambulacraire impaire ne présente pas de trace, sur la face inférieure, de band longitudinale. Péristome assez grand, transverse, subpentagonal, entouré d'un floscelle peu apparent, situé dans une dépression légère de la face inférieure. Périprocte transverse, elliptique, s'ouvrant à la face inférieure, très près du bord. Appareil apical relativement peu développé, muni que quatre pores génitaux largement ouverts, les deux antérieurs plus rapprochés que les deux autres.

      Nous connaissons de cette espèce un exemplaire de taille un peu plus forte que ceux que nous venons de décrire, mais dont les caractères sont les mêmes.

 

 

     Hauteur, 20 millimètres ; diamètre antéro-postérieur, 44 millimètres ; diamètre transversal, 41 millimètres.

     Rapports et différences. - Cette espèce présente quelque ressemblance avec l'E. subsimilis, que l'on rencontre dans le même gisement ; elle s'en distingue, cependant, par sa taille plus petite ; par sa forme plus circulaire, plus régulièrement arrondie en avant et en arrière ; par sa face supérieure plus uniformément bombée ; par ses aires ambulacraires plus courtes, plus arrondies, plus effilées et plus rétrécies  leur extrémité ; par son péristome moins développé et placé dans une cavité moins profonde de la face inférieure ; par son périprocte moins grand et placé plus près de bord.

     Localité. - Meynieu (Gironde). Assez rare. Eocène supérieur.

     Collection Degrange-Touzin.

     Explication des figures. - Pl. 378, fig. 4, E. Touzini, vu de côté ; fig. 5, face supérieure ; fig. 6, face inférieure.

Extrait planche 378

       

 

  Echinolampas (Echinolampas) subsimilis d'Archiac, 1846 spp. touzini Cotteau 1889-94  - Bartonien, Médoc, France, 43 mm  
 

Echinolampas (Echinolampas) suessi Laube, 1868

 

diagnose originale de l'espèce, par Laube

Ein Beitrag zur Kenntnis der Echinodermen des vicentinischen Tertiärgebietes, 1868, p.24

 

Echinolampas Suessi Laube.

Tab. IV, Fig.2

     Schale wenig gewölbt, sehr ebenmässig, oval im Umrisse, vorn unmerklich schmäler als hinten. Scheitel stark excentrisch, mit vier grossen vorn genäherten Genitalporen. Ambulacrale flach, schmal, Porenzone gerade, lang, über die ganze Obercläche reichend, fast parallel, äussere Poren fast nicht grösser als die inneren. Interporiferenzone ganz eben, Unterseite eban, Peristom unkenntlich, Peroprocte gross, quer oval, hart und schräg am Rande gelegen.

     Diese grosse, schöne Art hält die Mitte zwischen Echinolampas similis und E. Studeri ; mit ersterem hätte sie die flachere ovale Form, wenn sie auch bei ihr regelmässiger ist, mit letzterem die langgestreckten Ambulacra gamein. Aus dieser Eigenthümlichkeit gehen die unterscheidenden Mermal deutlich hervor.

 

     Bis jetzt in einem einzigen auf der Oberseite sehr wohl erhaltenen Exemplare vom Monte Postale bei Brusa ferri (Bolca) von Herrn Professor Suess aufgefunden.

     Länge 88 Millim., Breite 73 Millim., Höhe 35 Millim. Stirnambulacrum 27 Millim. 1. Paar 31 Millim., 2. Paar 40 Millim.

Extrait planche IV

 

       

 

  Echinolampas (Echinolampas) suessi Laube, 1868  - Lutétien, Italie, 95 mm  
 

Echinolampas (Echinolampas) sulcatus Pomel, 1885

 

diagnose originale de l'espèce, par Pomel

in Pomel & Pouyanne, 1885, les échinides du Kef Ighoud, p.28

echinolampas sulcatus

Pl. III, fig. 4-7.

     Oursin subhémisphérique un peu plus large et plus arrondi en avant, sensiblement rostré en arrière, un peu plus convexe en arrière qu'en avant. Face inférieure concave, un peu pulvinée sur les bords, avec plis superficiels correspondant aux ambulacres, les postérieurs plus marqués, sinuant la marge et produisant un rostre sensible.

     Péristome presque central, subpentagonal, un peu transverse, à floscelle à peine élargi avec mamelons à peine saillants. Périprocte transversal, elliptique, inframarginal. Tubercules petits et repprochés.

     Apex en petit bouton non saillant avec 4 pores génitaux bien visibles, situé très près et en avant du centre et du sommet de figure. Ambulacres étroits et longs, à zones porifères très étroites, déprimées, ce qui rend la zone interporifère convexe et costée. Les zones interambulacraires se soulèvent et font paraître les ambulacres comme logés dans des sillons. Les zones porifères de l'ambulacre impair sont presque égales et très ouvertes, celle de droite est un peu plus arquée que l'autre près du sommet. Les ambulacrespairs antérieurs sont un peu arqués, la convexité en arrière ; leurs zones porifères sont ouvertes et inégales, l'antérieure ayant une dizaine de zygopores en moins ; les ambulacres postérieurs presque droits et semblables, sauf pour les zones porifères dont les externes n'ont que 4 à 5 paires de pores en plus.

     L'aspect sillonné de la face supérieure de cet oursin, ses pétales atténués vers le haut, longs et étroits ne permettent de la confondre avec aucune autre espèce discoïde.

     Je n'ose en distinguer un autre oursin bien plus grand, plus oblong, dont l'étoile ambulacraire est détruite, ne laissant voir que l'extrémité des pétales construits sur le même type au point de vue des zygopores ; la face inférieure est encroûtée et ne peut donner d'autres renseignements.

     Dimensions d'un individu moyen et du plus grand :

Longueur...... 0m050 0m065
Largeur........ 0 043 0 050
Hauteur....... 0 025 "

     Explication des figures :

     Pl. III, fig. 4.- Individu de moyenne taille vu en dessus, de grandeur naturelle.

     Fig. 5. - Autre individu un peu usé vu en dessous, de grandeur naturelle.

     Fig. 6. - Autre individu de petite taille vu en dessus, de grandeur naturelle.

     Fig. 7. - Autre individu vu de profil, de grandeur naturelle.

Extrait planche III

 

   

 

  Echinolampas (Echinolampas) sulcatus Pomel, 1885  - Oligocène, Alicante, Espagne, 46 mm  
 

Echinolampas (Echinolampas) vidali Cotteau, 1890

 

diagnose originale de l'espèce, par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.173

     Echinolampas Vidali, Cotteau, 1890. Echin. éoc. de la province d'Alicante, p. 75, pl. IX, fig. 8-10. Mém. Soc. géol. de France, 3e sér., t. V. Espèce de taille moyenne, circulaire, arrondie en avant et en arrière, à peine un peu anguleuse dans la région postérieur, très élevée en dessus, conique, abruptement déclive sur tous les côtés, tout à fait plane en dessous et tranchante sur les bords. Sommet ambulacraire central. Aires ambulacraires, allongées, très ouvertes et non ressérrées à leur extrémité, paraissant égales entre elles, cessant d'être pétaloïdes à une assez grande distance du bord. Zones porifères relativement étroites, de

 

dimension égale dans chacune des aires, avec une différence de quelques paries de pores seulement. Les aires interambulacraires présentent sur la face supérieure les traces subnoduleuses et atténuées d'une double carène, apparente surtout en se rapprochant du sommet. Péristome non distinct dans notre exemplaire. Périprocte transverse, étroit, à fleur de test, placé très près du bord. Callosa (Alicante). Très rare. Eocène.

         

 

 

Echinolampas (Echinolampas) vidali Cotteau, 1890 - Oligocène, Alicante, Espagne, 44 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) vilanovai Cotteau, 1890

 

diagnose originale de l'espèce, par Cotteau

Paléontologie française, terrain éocène, tome 2, p.172

Afin de rendre plus complète l'énumération des Echinolampas éocènes que nous connaissons, je crois devoir ajouter la diagnose des espèces qui seront décrites et figurées dans notre Mémoire sur les Echinides éocènes de la province l'Alicante (Espagne), en ce moment sous presse et dont la première partie a déjà paru.

     Echinolampas Touzini, Cotteau, 1890. Echin. éoc. de la province d'Alicante, p. 73, pl. IX, fig. 1-5. Mém. Soc. géol. de France, 3e sér., t. V. Espèce de taille moyenne, un peu allongée, arrondie en avant, rostrée en arrière, haute et renflée en dessus, surtout dans la région antérieure, plane en dessous, pulvinée sur les bords et à peine un peu concave, autour du péristome. Sommet ambulacraire très excentrique en avant Aires ambulacraires larges, un peu bombée, effilées et

 

cependant ouvertes à l'extrémité, l'aire ambulacraire impaire plus courte que les autres, les aires postérieures plus longues. Zones porifères étroites, inégales dans les aires ambulacraires paires. Péristome assez grand, étroit, transverse, muni d'un floscelle très atténué. Périprocte également transverse, un peu plus large que le péristome, s'ouvrant en dessous à l'extrémité du rostre postérieur. Callosa, Orcheta (Alicante). Assez commun. Eocène. Muséum de Paris (Coll. paléontologique), coll. P. de Loriol, Cotteau.

         

 

 

Echinolampas (Echinolampas) vilanovai Cotteau, 1890 - Oligocène, Villajoyosa, Alicante, Espagne, 30 mm

 
 

Echinolampas (Echinolampas) vilanovai Cotteau, 1890 - Eocène, Espagne, 29 mm

 
 
 

Echinolampas (Echinolampas) vilanovai Cotteau, 1890 - Eocène, Espagne, 25 mm

 
 
 

 

Sous-Genre Hypsoclypus  Pomel, 1869

Revue des échinodermes et de leur classification, p.25

Espèce type  Conoclypus lucae Desor in Agassiz & Desor,1847

Catalogue raisonné des échinides, p.168

(désignation subséquente de Lambert & Thierry (1911) Essai de nomenclature raisonnée des échinides, p.375)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Eocène - Actuel

Syn.

  • Conolampas Agassiz, 1883, p.48 ; espèce type : Conoclypus sigsbei Agassiz,1878, p.48

  • Heteroclypeus Cotteau, 1891, p.194 ; espèce type : Galerites semiglobosus Lamarck,1816, p.53

  • Scutolampas Lambert, 1906, p.33 ; espèce type : Conoclypus lucae Desor,1947, synonyme objectif plus récent.

  • Libyolampas Lambert, 1914, p.112 ; espèce type : Echinolampas africanus de Loriol,1881, p.34

 
 

diagnose originale du genre, par Pomel

Classification méthodique et genera des échinides vivants et fossiles, 1883, p.63

 

     Hypsoclypus Pom. Conique, plus ou moins arrondi au sommet, tronqué et presque plat en dessous ; apex subcentral à gros madréporide bordé par quatre pores génitaux et cinq ocellaires ; pétales droits, étendus jusque près du bord, sans tendance à se fermet, à zones grèles formées de paires de pores ronds conjugués par un sillon ; pores se multipliant pour former près de la bouche un floscèle à peine élargi, creusé entre des bourrelets obtus granulés à la marge. Péristome pentagonal, transverse, subcentral ; périprocete elliptique en travers, infra-marginal. Les anciens Conoclypus miocènes : H. semiglobus, plagiosomus, oligocenus, etc. ; C. Sigsbei A. Ag. est une espèce vivante.

 
  Echinolampas (Hypsoclypus) deserticus Desio, 1929 - Burdigalien, désert de Cyrénaïque, Libye, 90 mm  
 

 

 

Genre Hungaresia  Szorenyi, 1955

Echinides crétacés de la Bakony, p.76

Espèce type  Hungaresia hungarica Szorenyi, 1955

Ibid., p.77 (par désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Coniacien - Maastrichtien

Syn.

  • Pseudovulechinus Szorenyi, 1955, p.79 ; espèce type : Pseudovulechinus rotunatus, Szorenyi, 1955

 
 
 

Hungaresia ovum (Grateloup,1936)

 
 

diagnose originale de l'espèce par Grateloup, 1836

Memoire de geo-zoologie sur les oursins gossiles (echinides) qui se rencontrent dans les terrains calcaires des environs de Dax (departement des Landes), p.(157)

 

6. Galérite oeuf, Galerites ovum. Nob.

     G. elliptico-regularis suprà convexus, subtùs planus ; ambulacris quinis angustis, è vertice declivo ortis ; ore centrali, transverso ; ano infrà marginali, subovali, transverso.

     Jolie petite espèce régulièrement elliptique, exactement de la grandeur et de la forme d'un oeur ; les bords arrondis. Cinq ambulacres étroits, un peu sinueux.

     Loc. Dax. A l'état de noyau crayeux dans la craie blanche de Bazin et de Laplante à Montfort. R.

 

description de l'espèce par d'Orbigny

Paléontologie française, terrains crétacés, tome VI, échinides irréguliers, p.349

 

N° 2238. Conoclypus ovum, Agassiz, 1847.

Pl. 948.

   

     Dimensions. Longueur, 47 millimètres. Par rapport à la longueur : largeur, 84 centièmes ; hauteur, 70 centièmes.

Coquille ovale, très-renflée, plus longue que large, arrondie à ses extrémités, dont la hauteur a les 76 centièmes de la longueur et dont le grand diamètre transversal est au tiers antérieur. Dessus très-obtus en avant et en arrière, mais plus en avant, offrant une courbe presque régulière. Le sommet, en même temps le point le plus élevé, est excentrique en avant; le pourtour a sa convexité au quart de la hauteur. Dessous entièrement plat. Bouche transverse, pentagone, placée un peu en avant. Bourrelets égaux, très-peu saillants, rosettes de pores pétaloïdes avec deux lignes de pores de chaque côté. Anus transverse, placé sur le bord postérieur en dessous. Ambulacres étroits, très-courts, formés de zones de pores inégales : une externe, formée de pores longs, arqués, l'autre interne, formée de pores simples. Tubercules très-petit, épars.

     Rapports et différences. Cette espèce , très-voisine du C. Rhotomagensis, par ses ambulacres superficiels et sa forme arrondie, s'en distingue par une coquille plus renflée, arrondie à ses extrémités, bien plus liante, sans dépression au pourtour en dessous.

 

     Localité. Elle est spéciale à l'étage sénonien ou de la craie blanche ; elle a été recueillie à Bazin et à Laplante, près de Montfort (Landes), par M. Gratteloup; à Cozes et à Saintes (Charente-Inférieure), par M. d'Archiac.

     Explication des figures. Pl. 948, fig. 1, coquille de grandeur naturelle, vue en dessus ; fig. '2, dessous; fig. 3, profil longitudinal; fig. 4, profil transversal, du côté de l'anus; fig. 5, partie d'un ambulacre grossie ; fig. 6, rosette de pores buccaux grossie. De notre collection.

Extrait planche 948

 

   

 

 
  Hungaresia ovum (Grateloup,1936) - Santonien supérieur, Saintes, Charente Maritime, 21 mm  
 
 

 

 

Genre Vologesia  Cotteau & Gauthier, 1895

Mission scientifique en Perse, Etudes géologiques, partie II, Paléontologie, p.65

Espèce type  Vologesia tataosi Cotteau & Gauthier, 1895

Ibid., p.66 (par monotypie)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Campanien - Maastrichtien

 
 

diagnose originale du genre, par Cotteau & Gauthier

Mission scientifique en Perse, Etudes géologiques, partie II, Paléontologie, p.65

 

Genre Vologesia Cotteau et Gauthier, 1895.

     Test ovale, presque circulaire, régulièrement convexe à la partie supérieure, mais très surbaissé; face inférieure entièrement plate; bord anguleux.

     Appareil apical en trapèze, couvert tout entier par le corps madrépo­riforme, avec quatre pores génitaux aux angles, et cinq pores ocellaires très petits.

     Pétales ambulacraires droits, mal fermés à leur extrémité, à zones porifères égales.

     Péristome très excentrique en avant, pentagonal, plus large que long, avec bourrelets médiocres et faux phyllodes. Périprocte transverse, complète ment inframarginal, mais touchant le bord postérieur. Une raie granuleuse s'étend du péristome au périprocte.

 

     Rapports et différences. - L'appareil apical, la disposition des pétales ambulacraires, la forme du périprocte et du péristome sont conformes aux mêmes caractères chez les Echinolampas; notre genre nouveau s'en distingue par ce même péristome très excentrique en avant, par sa face inférieure entièrement plate. sans aucune dépression ni renflement ; par ses pétales ambulacraires dont les zones sont complètement égales. Sa face inférieure plate et son bord anguleux rapprochent encore le genre Vologesia du genre Hypsoclypeus Pomel; il s'en éloigne par sa forme très surbaissée. par son péristome très-excentrique. par l'absence de sillons à la face inférieure, par son périprocte touchant le bord postérieur. Notre genre crétacé est peut-être le prototype du genre tertiaire, mais nous ne croyons pas qu'en l'état actuel on puisse les réunir. Toutefois nous n'en possédons qu'un exemplaire, de taille peu développée, et peut-être de plus grands, s'il en existe, pourraient apporter quelque modification à la diagnose générique.

 
 

Vologesia rawdahensis Ali,1989

 
 
  Vologesia rawdahensis Ali,1989 - Maastrichtien, Jebel Buhays, Emirats Arabes Unis, 31 mm

coll. Joaquín Espílez