Echinometridae

Gray, 1825

nomen correctum Bell, 1881 (pro Echinometradae Gray, 1855)

Genre type : Echinometra, Gray, 1825, p.426

Description succincte de la famille :  Système apical hémicyclique (oculaire V exserte). Ambulacres polygéminés avec jusqu'à sept paries de pores par plaque composée, disposés en arcs. Pas de phyllodes.

 

 


Genre Echinometra  Gray, 1825

An attempt to divide the Echinida, or Sea Eggs, into Natural families

Espèce type  Echinus lucunter (Linne,1758) (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Miocène - Actuel

Syn. 

  • Ellipsechinus Lütken, 1864, p.165 ; espèce type : Ellipsechinus macrostomus Lütken, 1864 ; synonyme subjectif plus récent.

  • Mortensenia Doderlein, 1905, p.633 ; espèce type : Echinus oblonga de Blainville, 1825  ; synonyme subjectif plus récent.

 
 
diagnose originale du genre par Gray
An attempt to divide sea eggs, 1825, p.426
     Echinometra, Bryerius.Van. Phelsum.

     Body ovate or elliptical, each bed with two rows of large tubercles ; ambulacra flexuous ; allied to Cidaris.

     *E. Lucuntur. Echinus, Lin. Klein, t. 30, f. A. B. **E. atratus, Klein, t. 47, f. 12. ***E. mammillatus, Klein, t. 29, f. 1. The last two sections will most probably form a new genus.

 

Echinometra mathaei (Blainville, 1825)

 

diagnose originale de l'espèce par Blainville

"Oursins" Extrait du dictionnaire des sciences naturelles de Cuvier, 1825, p.94

     L'O. de Mathieu, E. Mathaei. Têt ovale, alongé, peu comprimé ; deux rangs de tubercules mamelonnés dans les aires ambulacraires, outre un rang médian en zigzag bien formé ; huit rangs dans les anambulacraires, outre un médian flexueux ; ambulacres de dents arguées, formées de quatre paires de pores ; épines presque égales, coniques, striées, aiguës, un peu effilées ; auricules triangulaires, étroites, à sommet chargé, arrondi ; branches étroites ; trou triangulaire, également étroit. Couleur du têt blanche, des épines d'un vert porreau.

     Cette espèce est établie sur un assez petit oursin bien conservé de la collection du Muséum, envoyé de l'Isle-de-France par M. le colonel Mathieu.

 

Echinometra mathaei (Blainville, 1825) - Pléistocène, Jordanie, 15 mm

 
 
 
 

Echinometra mathaei (Blainville, 1825) - Pléistocène, Aquaba, Jordanie, 28 mm

 
 
 

Genre Heterocentrotus  Brandt, 1835

Prodromus animalium ab H. Mertensio in orbis terarum circumnavigatione observatorum, p.265

Espèce type  Echinus mamillatus Linne,1758 (désignation subséquente de Pomel (1883) Classification méthodique et genera des échinides vivants et fossiles, p.77

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Pléistocène - Actuel

Syn.

  • Acrocladia Agassiz, 1840, p.19 ; espèce type : Cidaris mamillatus klein

 
diagnose originale du genre par Brandt
Prodromus descriptionis animalium A B H. mertensio observatorum, 1835, p.265

 Subgen. Heterocentrotus. Br.

     Aculei anum ambientes trigoni, plerumque apice truncati. Reliqui aculei difformes, patentes, majores in corporis lateribus obvii, corporis diametrum longitudine haud raro aequantes vel interdum adeo superantes, reliquos aculeos ambitu, praesertim crassitie, cuperantes et tuberculis multo magis elevatis et evolutis quam in Strongylocentrotis interti. Aculei majores corporis parti os continenti impositi, semper oblongo-qpathulati, apice dilatati. Aculei minores vel minimi aculeos majores cingtentes apice saepissime truncati. Ambulacrorum paria corporis parti os continenti imposita in seriebus pluribus transversis, obliquis, 3 - 6 obvia, in corporis lateribus autem seriem flexuosam, simplicem, versus anum saepe duplicatam formantia *). Oralis apertura magna.

     Corpus transversum.

 

Heterocentrotus mammillatus (Linné,1758)

 
description de l'espèce par Agassiz
Revision of the Echini, 1872-74, p.428

Heterocentrotus mammillatus

     Cidaris mammillata Klein, 1734, Nat. Disp Ech.

      Heterocentrotus mammillatus Brandt, 1835, Prod.

Pl. III. c ; Pl. XXVI. f. 1-2.14 ; Pl. XXXVI. f. 8.

     The only two species of this genus I have been able to distinguish have been among the earliest species figured, though the charcters upon which they have thus far been separated are not such as can be used with accuracy. The specific distinctions have been almost entirely based upon the differences of the spines, while the only permanent specific characters noticed have generally been adopted as generic distinctions.

     The two species, H. mammillatus and H. trigonarius, have usually been distinguished by their spines : the former species includes all specimens with stout bat-shaped swallen spines, more or less ringed at the extremity ; while the last species includes specimens with longer spines, usually tapering rapidly and more or less triangular. Blainville, Brandt, Agassiz, Valenciennes, and others have attempted to describe other species combining more or less the specific characteristics of the two : specimens having the characteristic test of the H. mammillatus, but the long triangular or tapering spines of H. trigonarius, have received the name of carinata, hastifera, Postellsii ; while other specimens, having the tuberculation of H. trigonarius, but the shorter, bat-shape, swollen and ringed spines of H. mammillatus, have been described as violaceus, Blainvillei, etc. The remarkably fine series of specimens of all sizes and localities which I have now had the opportunity of examinig leaves but little doubt that there are only two species in this genus, both having nearly the same geographical distribution, and both species subject to extraordinary variations in the form of the primary spines, so much so that any discrimination based upon the spines alone is of no specific value. The capacity of rapid repair of the spines throws considerable light upon this point, for we frequently find specimens with bat-shaped swollen spines (H. mammillatus) where a spine is broken off at the base, and is then replaced by a long, tapering, triangular spine, identical with those thus far considered characteristic of H. trigonarius.

     The test of this species is at once recognized by the small secondary tubercles of oniform size covering the whole abactinal part of the ambulacral region ; the large primary tubercles of the ambulacra extending only two of three plates above the ambitus, the transition from large primaries to small secondaries being very sudden. In consequence of this structure the arcs of the poriferous zone almost meet along the median line of the abactinal part of the ambulacral system. The abactinal system is quite distinct, with small anal system ; the tuberculation of the plates not as marked as in H. trigonarius. In small specimens the large triangular ocular plates are excluded from the anal system ; but in large specimens there are frequently one or two in contact at apex with the anal system, the apex becoming then truncated. The primary tubercles of the interambulacral space. The secondary tubercles of the interambulacral region are fo same size as the secondaries of the abactinal part of the ambulacral, and cover uniformly the moderately wide space left between the primaries both along the

 

 horizontal sutures and the median interambulacral line. The actiostome is comparatively larger than in H. trigonarius. The secondary spines of H. mammillatus form a sort of loose pavement, somewhat similar to that covering the test of Colobocentrotus ; they cover the whole test, are small, short, usually flaring and truncated at the extremity, and give an excellent external character to distinguish temporarily these two species. (See H. trigonarius, p. 430.)

     The actinostome occupies the greater part of the lower surface of the test ; tue tubercles rapidly decrease in size towards it from the ambitus, carrying much shorter spines, flattened and fan-shaped, with a rounded extremity in both the species of this genus. The spines of H. mammillatus vary in shape from cylindrical of bat-shape, swollen and rounded at extremity, to long tapering triangular spines with edge more or less well devined. Coloration of spines quite varied, either univorm ash-gray of light-brown, with white rings at the extremity, or nearly black spines of uniform coloration, with all possible combinations of these two extremes ; the most common coloration being a light chestnut-color with straw-colored rings at the extremity of the spines.

     The nomber of pores in each arc is small in this species, generally from ten to eleven pairs ; while in H. trigonarius they range, in the same-sized specimens, from fifteen to seventeen pairs.

 

 
No. of Prim. Tubercles Long. Diameter. Height. Abactinal System. Anal System. Actinal System. Spine. No. Pores.
9. 37. 17. 8.2 3.2 21. 51. 11.
9. 60. 26. 11. 4.5 32. 71. 11.
10. 74. 41. 14.5 5.7 34. 63. 11.
10. 83. 44. 15. 6. 40. 86. 11.
Red Sea ; East India Islands ; Feejee Islands ; Sandwich Islands.

Plates III ; XXVI ; XXXVI

 

 

Heterocentrotus mammillatus (Linné,1758) - Pléistocène supérieur, Egypte, 53 mm

 
 

Heterocentrotus trigonarius (Lamarck, 1816)

 
 
description de l'espèce par Agassiz
Revision of the Echini, 1872-74, p.430

Heterocentrotus trigonarius

     Echinus trigonarius Lamk., 1816, An. s. Vert.

      Heterocentrotus trigonarius Br., 1835, Prod. Dese.

Pl. III. d. f. 6 ; Pl. VI. f. 13.

     The tubercles of the interambulacral space are placed slose together, leaving but little space both in the median interambulacral space and along the sutures for the secondary tubercles. These are proportionally small, few in nomber, many of them reduced to miliaries. The secondaries carry spines similarin shape to the primary spines, but shorter, so that the space between the large primary spines is filled by short, sharp-pointed, secondary spines and thin, flat, miliary spines ; the secondary spines are only rarely truncated, rather bevelled at the extremity, thus forming an interstitial filling of an entirely different sort from that of H. mammillatus. The abactinal system is somewhat less prominent, being more or less hidden by the closer granulation covering it. The striking specific feature is the structure of the ambulacral system. The two vertical rows of primary tubercles extend to the abactinal system, gradually diminishing in size from the ambitus towards the ocular plates, and diminishing somewhat faster than the corresponding tubercles of the interambulacral area. The most common coloration of the spines of this species is a uniform dark violet, or with a few lighter bands at the extremity of the spines. The flat, fan-shaped spines of the lower surface are generally of a lighter color and frequently banded at the

 

extremity on the lower side of the spines. The same is also the case with the spines of the actinal side of H. mammillatus ; the top of the flat spines is usually of a darker tint, but the contrast between the pattern of coloration of the spines of the lower surface and those above the ambitus is not so marked.

 
No. of Prim. Tubercles Long. Diameter. Height. Abactinal System. Anal System. Actinal System. Spine. No. Pores.
9. 39. 19.5 7. 3. 17. 50. 15.
10. 52. 25. 10. 4.1 24.9 51. 15.
10. 69. 33.8 11.6 5.1 29. 79. 15.
10. 84. 44.5 14.   38. 125. 17.
Mauritius ; Java ; Sandwich Islands ; Feejee Islands.

Plates III ; VI

 

 

 
 

Heterocentrotus trigonarius (Lamarck, 1816) - Pléistocène, Java, 56 mm

 

 

Genre Parasalenia  Agassiz, 1864

Espèce type  Parasalenia gratiosa Agassiz,1864 (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Pléistocène - Actuel

Syn.

  • Cladosalenia Agassiz, 1872, p.48 ; synonyme objectif plus récent

  • Plagiechinus Pomel, 1883 ; espèce type : Echinometra prisca Cotteau, 1894 ; synonyme subjectif plus récent

  • Diplosalenia Mortensen, 1942, p.232 ; espèce type : Parasalenia grosseleti Cotteau, 1894 ; synonyme subjectif plus récent

 
description du genre par Cotteau
Paléontologie française, terrains éocènes, tome 2, p.631

Genre PARASALENIA, A. Agassiz, 1863.

Parasalenia,                     Agassiz, 1863, 1873 ; Pomel, 1885 ; Cotteau, 1888.

Plagiechinus (sous-genre),    Pomel, 1885.

     Test de taille petite et moyenne, ovale, allongé, renflé en dessus, plan en dessous. Zones porifères étroites, subonduleuses, formées de pores simples irrégulièrement superposés. Trois paires de pores correspondant à une plaque ambulacraire. Autour du péristome, les pores se resserrent et se multiplient. Aires ambulacraires étroites au sommet, s'élargissant vers l'ambitus, garnies de deux rangées de tubercules saillants, fortement mamelonnés, ni crénelés ni perforés. Tubercules interambulacraires de même nature que ceux qui recouvrent les aires ambulacraires, accompagnés ou non de tubercules secondaires. Granules intermédiaires inégaux, épars, quelquefois mamelonnés, en général peu abondants. Péristome elliptique, très grand, marqué de fortes entailles relevées sur les bords. Périprocte petit, ovale, fermé seulement par quatre plaques anales. Appareil apical largement développé, composé de cinq grande plaques génitales et de cinq petites plaques ocellaires placées en dehors.

     Rapports et différences. - Le genre Parasalenia a été démembré par A. Agassiz des Echinometra ; il est surtout facile à reconnaître au petit nombre et à la forme des plaques qui ferment le périprocte. Mais ce caractère n'est pas isolé et correspond à la disposition des pores. Aussi lorsque l'appareil apical et les plaques anales font défaut, comme cela arrive presque toujours chez les Echinides fossiles, est-il encore possible de reconnaître les espèces qui appartiennent à ce genre.

 

     L'Echinometra prisca, que nous avons décrit et figuré dans la Description des Echin. foss. des îles Saint-Barthélemy et Anguilla, est un véritable Parasalenia. En 1885, M. Pomel a fait de cette espèce le type du sous-genre Plagiechinus, mais il ne nous a pas paru possible d'adopter cette coupe basée uniquement sur cette différence que l'espèce qui a servi à l'établir, tout en ayant les mêmes caractères que les Parasalenia, présente dans les aires interambulacraires deux rangées de tubercules secondaires bien développés. Excellent pour la distinction des espèces, ce caractère, consistant dansle nombre plus ou moins grand des tubercules secondaires, est variable et nous paraît insuffisant pour établir une division particulière. Même chez les espèces auxquelles M. Pomel conserve le nom de Parasalenia et notamment chez le P. graciosa, qui est le type vivant du genre, il existe sur le bord des zones porifères, à la face inférieure, une rangée de petits tubercules secondaires. Dans l'espèce que nous allons décrire, P. Gosseleti, les tubercules secondaires sont incomparablement plus développés que ceux du P. prisca, puisqu'ils sont égaux aux tubercules principaux : serait-il donc nécessaire d'établir une troisième coupe dans un genre qui ne renferme que quatre espèces ?

     Le genre Parasalenia commence à se montrer à l'époque éocène ; il remonte dans le terrain miocène et existe encore à l'époque actuelle.

 

 

Parasalenia fontannesi Cotteau, 1888

 
 

diagnose originale de l'espèce par Cotteau

Echinides nouveaux ou peu connus, 2ème série, 7ème article, 1888, p. 266

 

69 - Parasalenia Fontannesi Cotteau, 1888.

Pl. IX, fig. 9-12.

     Espèce de taille relativement petite, oblongue, arrondie en avant, un peu rétrécie en arrière. Face supérieure médiocrement renflée. Face inférieure plane, légèrement évidée. Zones porifères droites près du sommet, subonduleuses à l'ambitus et dans la région inframarginale, composées de pores petits, rapprochés les uns des autres, offrant une tendance à se grouper par triples paires qui correspondent à chacune des plaques majeures des aires ambulacraires, se resserrant un peu, sans se multiplier autour du péristome. Aires ambulacraires étroites et aiguës près du sommet, s'élargissant en descendant vers l'ambitus, garnies de deux rangées de tubercules saillants, ni crénelés ni perforés, fortement mamelonnés, assez gros et serrés vers l'ambitus, au nombre de dix ou onze vers l'ambitus. A la face supérieure et surtout près du sommet, ces tubercules s'espacent et deviennent beaucoup plus petits, tout en restant parfaitement distincts. Les scrobicules se touchent soit latéralement soit par la base, et laissent à peine la place à quelques granules épars. Aires interambulacraires relativement étroites, garnies de deux rangées de tubercules principaux de même structure que les tubercules ambulacraires, cependant plus développés surtout à la face supérieure, au nombre de sept ou huit par série. Quelques tubercules secondaires, beaucoup plus petits, se montrent sur le bord des zones porifères et forment, de chaque côté, une rangée irrégulière qui disparaît au-dessus de l'ambitus. Zone miliaire assez large, occupée par des granules bien développés, souvent mamelonnés, peu abondants, épars, qui se prolongent ça et là entre les scrobicules et tendent à se confondre avec les plus petits des tubercules secondaires ; de petites verrues inégales, souvent à peine distinctes, accompagnent les granules. Péristome très grand, subcirculaire, un peu ovale, marqué de petites entailles relevées sur les bord ; l'espace correspondant aux aires ambulacraires est plus étendu que celui qui correspond aux aires interambulacraires. L'appareil apical, d'après l'empreinte qu'il a laissée, devait être elliptique et bien développé comme celui des Parasalenia.

     Hauteur, 6mm ; diamètre antéro-postérieur, 14mm ; diamètre transversal, 12mm ;

     Individu de taille plus forte : hauteur, 10mm ; diamètre antéro-postérieur, 19mm ; diamètre transversal, 16mm ?

     Rapports et différences. - L'aspect général de cette espèce, la disposition de ses pores ambulacraires, la structure de ses tubercules, la forme de son péristome, l'empreinte laissée par son appareil apical ne nous laissent aucun doute sur la place générique qu'elle doit occuper. Très voisine du Parasalenia graciosa, type du genre, elle s'en distingue par ses pores ambulacraires plus fins, plus serrés et moins multipliés près du bord, par ses

 

tubercules ambulacraires relativement moins gros et moins saillants, par la zone miliaire plus large et plus granuleuse qui sépare les deux rangées de tubercules interambulacraires. Les différences qui séparent cette espèce du Parasalenia prisca sont encore plus grandes : chez ce dernier type, les tubercules sont plus nombreux, plus espacés, beaucoup moins saillants, et les aires interambulacraires présentent, au milieu des tubercules principaux, deux rangées irrégulières bien moins distinctes de tubercules secondaires, qui font défaut chez l'espèce qui nous occupe et ne sont représentées que par des granules un peu plus gros, quelquefois mamelonnés, mais toujours isolés.

     Le Parasalenia Fontannesi nous a été communiqué par M. Deperet, professeur à Marseille, et c'est avec grand plaisir que, suivant son désir, nous avons donné à cette espèce le nom de notre savant et bien regretté collègue, Fontannes.

     Localité. - Carry, près Marseille (Bouches-du-Rhône). Rare. Etage aquitanien (Mollasse inférieure).

     Musée de Marseille (M. Arnoux), collection Deperet.

     Explication des figures. - Pl. IX, fig. 9, P. Fontannesi.  vu de côté ; fig. 10, face supérieure ; fig. 11, face inférieure ; fig. 13, aire ambulacraire prise à sa partie supérieure, grossie ; fig. 14, plaque interambulacraire, grossie.

Planche IX (extrait)

   

 

 
 

Parasalenia fontannesi (Cotteau, 1888) - Aquitanien, Bouches du Rhône, 22 mm