Stomopneustidae

Mortensen, 1903

Genre type : Stomopneustes Agassiz,1841

Description succincte de la famille :  Disque apical hémicyclique. Tubercules non perforés et non crénelés.

 

 

 

Genre Promechinus  Vadet, Nicolleau & reboul,2010

Les échinides de l'Atlas marocain : Bajocien, Bathonien, première partie : les réguliers, p.37

Espèce type  Promechinus taferdoutensis Vadet, Nicolleau & reboul,2010 (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Bajocien

 
 

Promechinus taferdoutensis Vadet, Nicolleau & reboul,2010

 
 

Promechinus taferdoutensis Vadet, Nicolleau & reboul,2010 - Bajocien, Djebel Taferdout, Rich, Maroc, 24 mm

 
     

Genre Phymechinus  Desor, 1856

Synopsis des échinides fossiles, p.133

Espèce type  Echinus mirabilis Agassiz in Ag. & Desor, 1846 (désignation originale)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Bathonien - Maastrichtien

Syn.

  • Alternechinus Schlüter, 1870, p.62 ; espèce type : Alternechinus cretaceus Schlüter,1870

 
 
 

Phymechinus jauberti (Cotteau,1863)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Cotteau, 1863
Echinides nouveaux ou mal connus, p.89
 

49. LEIOSOMA Jauberti, Cotteau, 1863.

Haut., 8 mill.; diam., 19 mill.

Espèce de taille moyenne, sub-pentagonale, également déprimée en dessus et en dessous. Zones porifères larges, composées de pores dédoublés à la face supérieure et autour du péristome, simples seulement vers l'ambitus. Aires ambulacraires très-étroites près du sommet, s'élargissant au fur et à mesure qu'elles se rapprochent de la face infé‑rieurs, garnies de deux rangées de tubercules non crénelés, imperforés, fortement mamelonnés, saillants vers l'ambitus, diminuant rapidement de volume près du som­met et du péristome, au nombre de huit à neuf par série. Ces tubercules, assez serrés en dessous et vers l'ambitus, s'espacent à la face supérieure et deviennent presque alternes. Granules intermédiaires inégaux, peu abondants. Aires interambulacraires pourvues de deux rangées de tubercules non crénelés et imperforés comme ceux des ambulacres, mais un peu plus développés, diminuant moins rapidement de volume à la face supérieure, an nombre de dix par série. Tubercules secondaires presque nuls, formant, dans la région infra-marginale, sur le bord des zones porifères, une rangée inégale, irrégulière, se confondant vers l'ambitus avec les granules qui les accompagnent. Zone miliaire assez large, presque nue aux approches du sommet. Granules intermédiaires assez abondants, inégaux, quelquefois mamelonnés, disposés en cercles incomplets autour des plus gros tubercules. Péristome très-grand, s'ouvrant à fleur du test, marqué d'entailles profondes et relevées sur les bords ; les lèvres interambulacraires beaucoup moins larges que celles qui correspondent aux ambulacres. Appareil apicial assez grand, sub­pentagonal d'après son empreinte. Radioles inconnus.

Rapports et différences. — Nous avons établi, en 1861, dans nos Échinides de la Sarthe le genre Leiosoma pour recevoir une espèce de l'étage sénonien, remarquable par sa forme déprimée, ses pores ambulacraires fortement dédoublés, et qui, confondue jusque-là avec les Cyphosoma, s'en éloignait par ses tubercules dépourvus de crénelures et surmontés d'un mamelon relativement très-gros. L'espèce que nous venons de décrire présente tous les caractères du genre, et, bien qu'elle appartienne au terrain jurassique inférieur, nous n'avons pas hésité à la réunir à notre genre Leiosoma. Elle diffère de l'espèce crétacée (Leiosoma rugosum) par ses tubercules moins gros et moins saillants surtout sur les aires ambulacraires, par son appareil apicial plus petit et son péristome plus large.

 

L'étage bathonien de Perrogney ( Haute-Marne ) a fourni à M. Babeau une troisième espèce de Leiosoma. Elle se sépare nettement du L. Jauberti par sa taille plus forte et relativement plus comprimée, ses tubercules interambulacraires plus petits, plus serrés, plus nombreux et séparés par une zone miliaire plus large, son appareil apicial plus étendu. C'est une espèce parfaitement tran­chée, et dès à présent nous la dédions, sous le nom de Leio­soma Babeaui, à M. Babeau qui depuis longtemps s'occupe avec tant de succès de la recherche et de l'étude des fos­siles de la Haute-Marne. •

Le genre Leiosoma, premier représentant des Diadéma­tidées à tubercules non crénelés et imperforés, compte aujourd'hui trois espèces, toutes fort rares.

Les deux premières caractérisent l'étage bathonien, et la troisième est propre à l'étage sénonien.

Loc. — Valauris (Var). Très-rare. Étage bathonien. Coll. Jaubert.

Expl. des fig. — Pl. XII, fig. 7, Leiosoma Jauberti, vu de côté ; fig. 8, face super.; fig. 9, partie super. de l'ambulacre grossi; fig. 10, plaques interambulacraires grossies.

Planche XII (extrait)

   
 
 
 

Phymechinus jauberti (Cotteau,1863) - Bajocien, Boulemane, Maroc, 36 mm

 
 
 
 

Phymechinus jauberti (Cotteau,1863) - Bajocien, Boulemane, Maroc, 39 mm

 
 
 
  Phymechinus mirabilis (Agassiz in Ag. & Desor, 1846)  
 

Phymechinus mirabilis (Agassiz in Ag. & Desor, 1846) - Oxfordien, Ardennes (08), 44 mm

 


 

Genre Phymotaxis  Lambert & Thiery, 1914

Essai de nomenclature raisonnée des échinides, p. 253

Espèce type  Leiosoma tournoueri Cotteau , 1866 (désignation subséquente de Lambert & Thiery)

Extension stratigraphique (bibliographique, non vérifiée) : Crétacé

Syn.

  • Micropeltis Pomel, 1883, p.89

 

diagnose originale du genre par Lambert & Thiery

Essai de nomenclature raisonnée des échinides, p. 253

Genre : PHYMOTAXIS Lambert et Thiéry

     Test de taille moyenne, circulaire, à péristome médiocre. Apex étroit, subcirculaire, caduc. Ambulacres composés de majeures 7-8 sociées ; zones porifères bigéminées du péristome à l'ambitus, unigéminées en dessus. Tubercules subégaux, plus développés à la face supérieure, en deux rangées dans chaque aire, accompagnés ou non de secondaires limités à l'ambitus.

     Type : P. Tournoueri Cotteau (Leiosoma), 284, p. 768 ; Pl. 1187, du Sénonien.

     Synonymie : MICROPELTIS Pomel, 1112, p. 89 ; 1883 (non Redtenbacher ; 1867, nec Kraatz ; 1880).

 

Phymotaxis mansfieldi Cooke,1941

 

description de l'espèce par Cooke, 1959

Cenozoic echinoids of Eastern United States, p. 24

Phymotaxis mansfieldi Cooke

Plate 6, figures 4-8

Phymotaxis mansfieldi Cooke, 1941, Journ. Paleaontology, v. 15 no. 1, p. 18, pl. 4, figs. 6-8.

     Test large, subhemispherical, with evenly rounded margin, slightly concave near the peristome. Apical system unknown. Ambulacra about half as wide as the interambulacra ; poriferous zones forming single arcs of about eight zygorpores above the ambuitus, zygopores irregularly distributed in a broader zone below the ambitus. Tubercles large, imperforate, two rows on each ambulacrum, four rows on each interamb ulacrum at the ambitus, the lateral rows not extending to the apex ; each primary tubercle surrounded by a row of little tubercles that generally follow the edges of the plate, one little tubercle at each angle of the plate being somewhat larger than the others. Peristome rather small, subdecagonal ; gill slits moderately deep, callous.

     Horizontal diameter of largest cotype 56 mm. ; height 27 mm. ; diamter of peristome 20 mm.    

Occurence. - Florida : Old quarry of Florida Rock Products Company 3/4 mile southwest of Brooksville (USGS 12755, W. C. Mansfield and G. M. Ponton). Consolidated Rock Products Company 3 miles northeast of Brooksville (USGS 12321, W. D. Mansfield and F. S. MacNeil).

 

     Geologic unit. - Late Oligocene, Suwannee limestone.

     Types. - USNM 372868, two nearly complete individuals and one smaller fragment.

     Comparison. - No other American species of Phymotaxis are known. Phymotaxis mansfieldi differs from P. tournouri of Cretaceous age as figured by Cotteau in the less plainly biserial arrangement of the zygopores on the under surface and in the more conspicuous arcuate arrangement on the upper surface. In theses respects it is more nearly similar to P. biarritzensis of Eocene age (Cotteau, 1892, pl. 322, figs. 5-7) and P. vidali (Cotteau, 1892, pl. 322, fig. 8 ; pl. 323), but its gill slits are deeper and sharper.

Planche 6 (extrait)

   

 

 

Phymotaxis mansfieldi Cooke, 1941 - Pliocène inférieur, Redonien, Vendée, 10 mm

 
 
 

Phymotaxis tournoueri (Cotteau,1866)

 
 
diagnose originale de l'espèce par Cotteau, 1866
Paléontologie française, terrains crétacés, tome VII, échinides réguliers, p.768
 

N° 2587. Leiosoma Tournoueri, Cotteau, 1866.

Pl. 1187.

     Espèce de grande taille, circulaire, renflée et sub-hémisphérique en dessus, presque plane en dessous. Zones porifères très-onduleuses surtout aux approches du sommet, composées de pores simples, arrondis, serrés, séparés par un petit renflement granuliforme, se multipliant autour du péristome. Aires ambulacraires aigues et étroites près de l'appareil apicial, s'élargissant au fur et à mesure qu'elles descendent vers la région infra-marginale, garnies de deux rangées de tubercules de grosse taille, saillants, fortement mamelonnés, assez espacés, diminuant rapidement de volume près du sommet et de la bouche, au nombre de onze à dix par série. Les tubercules qui avoisinent le sommet sont plus espacés que les autres, alternes, et paraissent pour ainsi dire disposés sur une même ligne. Granules intermédiaires peu abondants, inégaux, quelquefois mamelonnés, relégués çà et là entre les scrobicules qui souvent se touchent par la base. Aires interambulacraires relativement étroites, pourvues de deux séries de tubercules principaux à peu près de même taille, vers l'ambitus et dans la région infra-marginale, que ceux qui couvrent l'ambulacre, mais beaucoup plus gros à la face supérieure, et qui présentent ce singulier caractère d'être aussi volumineux aux approches de l'appareil apicial que vers l'ambitus, au nombre de onze à douze par série. Tubercules secondaires presque aussi développés que les tubercules principaux, formant, de chaque côté des interambulacres, une rangée très-régulière, apparente surtout à la face inférieure et vers le pourtour du test, et qui au-dessus de l'ambitus est remplacée par des granules inégaux, disparaissant eux-mêmes complètement avant d'arriver au sommet. Zone miliaire nulle ; les deux rangées de tubercules principaux, très-rapprochées l'une de l'autre, laissent à peine la place à quelques granules épars, inégaux, quelquefois mamelonnés, intercalés çà et là à l'angle des scrobicules; et forment, vers l'ambitus, une simple rangée sub-sinueuse. Péristome médiocrement développé, s'ouvrant à fleur du test, muni d'entailles apparentes; les lèvres ambulacraires sont presque droites et beaucoup plus larges que celles qui correspondent Sua aires interambulacraires. Appareil apicial très-étroit, sub-circulaire, onduleux sur les bords.

     Hauteur, 20 millimètres ; diamètre, 41 millimètres.

     Nous avons rapporté à cette espèce un exemplaire que possède le Musée de Marseille, et qui provient de la région pyrénéenne, sans indication précise de localité. Sa taille est un peu plus petite, et cette différence d'âge parait entraîner quelques modifications qu'il importe de mentionner : les zones porifères sont

 

beaucoup moins ondulées à la partie supérieure et composées de pores plus directement superposés ; les tubercules interambulacraires sont plus serrés et relativement moins volumineux près du sommet. L'appareil apicial, tout en conservant un aspect onduleux sur les bords est plus allongé, plus étendu et affecte une forme sub-pentagonale plus prononcée. Malgré ces dissemblances assez tranchées, nous n'avons pas cru devoir séparer cet exemplaire du type que nous venons de décrire.

     Rapports et différences. - Cette espèce ne saurait être confondue avec aucune autre. Sa grande taille, sa forme sub-hémispbérique, ses zones porifères onduleuses, la disposition de ses tubercules principaux et secondaires et l'étroitesse de l'appareil apicial en font un type particulier qui sera toujours facilement reconnaissable. Au premier aspect le L. Tournoueri offre quelque ressemblance avec le Cyphosoma major de la craie turonienne d'Algérie; il en diffère cependant d'une manière positive par ses pores simples et onduleux près du sommet, par sa zone miliaire nulle et surtout par ses tubercules dépourvus de crénelures, caractère qui place cette espèce parmi les Leiosoma .

     Localité. — Roquefort (Landes). Très-rare. Étage sénonien. Nous nous faisons un plaisir de dédier cette belle espèce à M. Tournouer qui a bien voulu enrichir notre collection de l'échantillon unique qu'il possédait.

     Musée de Marseille, ma collection.

     Explication des figures. — Pl. 1187, fig. 1, L. Tournoueri, de ma collection, vu de côté ; fig. 2, face sup. ; fig. 3, face inf.; fig. 4, po- rtion de la face sup. grossie; fig. 5, plaques interambul. grossies; fig. 6, tubercule interambul., vu de profil, grossi ; fig. 7, autre exemplaire, du Musée de Marseille, vu de côté; fig. 8, face sup.

Planche 1187 (extrait)

   

 

 
 

Phymotaxis tournoueri (Cotteau,1866) - Maastrichtien, Peedee formaiton, Rocky Point, Caroline du Nord, U.S.A., 41 mm